DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : nouvelle étape du déconfinement en Europe

euronews_icons_loading
Coronavirus : nouvelle étape du déconfinement en Europe
Tous droits réservés  Michel Euler/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Une partie des Européens a vécu un premier week-end déconfiné, comme en France dans les rues de la capitale. Un véritable bol d'air attendu depuis des semaines, pourtant c'est une liberté toute relative. D'abord parce que de nombreuses restrictions demeurent selon les régions, et ensuite parce que même si certains, négligeant les gestes barrières, semblent l'avoir oublié, la pandémie reste une menace bien réelle. En témoigne le dernier bilan quotidien français : plus 428 morts, soit plus de 28 000 victimes au total. Ou encore les 25 clusters identifiés sur le territoire depuis le début du déconfinement.

Comme ses homologues européens, Emmanuel Macron et son gouvernement marchent sur un fil entre prise de risque pour sauver l'économie et prudence sanitaire.

La rentrée scolaire de dizaines de milliers de collégiens en zone verte ce lundi s'annonce délicate dans l'Hexagone.

En Espagne, alors que le bilan quotidien a touché un plus bas avec moins de 100 morts, une nouvelle étape du déconfinement débute également aujourd'hui : elle concerne 70 % de la population. Seules sont exclues les régions de Madrid, Barcelone et une partie de la Castille et Léon.

Le gouvernement de Pedro Sanchez prévoit d'échelonner le déconfinement jusqu'à fin juin. Et pour se prémunir contre une tant redoutée nouvelle vague, il envisage de "renforcer le caractère obligatoire de l'usage du masque".

Les Italiens aussi progressent lentement vers une retour à une nouvelle normalité. C'est aujourd’hui que doivent rouvrir une grande partie des bars, restaurants, petits et grands commerces. Les services religieux recommencent également.

En Belgique, pays européen le plus touché proportionnellement à sa population, des soignants et personnels de santé ont symboliquement accueilli ce samedi la Première ministre avec une haie du déshonneur pour manifester leur colère face à la gestion du gouvernement belge de la crise du Covid-19.