DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : des théâtres en danger au Royaume-Uni, le gouvernement appelé à l'aide

euronews_icons_loading
Coronavirus : des théâtres en danger au Royaume-Uni, le gouvernement appelé à l'aide
Tous droits réservés  Dominic Lipinski/PA via AP
Taille du texte Aa Aa

Des portes fermées, des rideaux tirés, et le silence, dans ces rues d'ordinaire si animées : à Londres le spectacle vivant est au point mort, mais le milieu de la culture se bat pour que son sort ne soit pas scellé.

Les théâtres génèrent d'ordinaire chaque année des sommes astronomiques pour l'économie britannique, mais le coronavirus les a plongés dans une crise dont il sera difficile de se remettre.

"A chaque fois que j'entends parler d'une entreprise qui est mise sous tutelle, cela me fait peur parce que cela pourrait être nous", confie Marie McCarthy, directrice artistique à l'Omnibus Theatre. "Pendant toute cette période, il n'y a pas eu un seul moment où j'ai réussi à me dire : 'nous arriverons au bout des difficultés', et nous ressentons tous la même chose".

Pour l'actrice Séverine Vasselin, ce fut 72 jours d'angoisse depuis que le confinement a commencé au Royaume-Uni. Une longue période d'inactivité et d'incertitude qui la pousse à envisager son avenir de manière radicalement différente.

"Il faudra beaucoup de temps avant que nous puissions réellement revenir à la normale. Il est vraiment difficile d'avoir une vue d'ensemble de ce qui se passe, l'impact est énorme : nous ne pouvons pas travailler", explique-t-elle.

Les grandes structures également touchées

"Il n'y a pas que les petits théâtres qui connaissent des difficultés", analyse le correspondant d'euronews à Londres Luke Hanrahan. "Désormais, certaines des plus grandes institutions du pays disent être très vulnérables et risquent même de fermer. Et ces grands théâtres emploient chacun des centaines de personnes".

Le Globe Theatre, réplique du théâtre en plein air de Shakespeare à Londres, risquerait même de fermer, sans un vaste plan d'urgence du gouvernement. David Sanderson, spécialiste culture du Times, parle d'une situation "calamiteuse".

"Il n'y a pas d'argent qui rentre, et ils ont toujours les charges existantes. Le danger, au fur et à mesure que le programme de soutien du gouvernement s'épuise, c'est que de nombreux centres névralgiques de la culture britannique fassent faillite", observe-t-il.

Le dossier est désormais entre les mains du gouvernement, qui planche sur des pistes pour venir en aide au milieu de la culture, avant que les portes ne se ferment pour de bon.