DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

À Barcelone, sur la terrasse des « Stay Homas », le groupe confiné qui a fait le buzz

euronews_icons_loading
À Barcelone, sur la terrasse des « Stay Homas », le groupe confiné qui a fait le buzz
Tous droits réservés  LLUIS GENE/AFP
Taille du texte Aa Aa

La terrasse des Stay Homas est devenue l'une des plus célèbres au monde. Le groupe qui s'est fait connaître en composant avec les moyens du bord (une guitare, une trompette et un seau) ses chansons confinées.

Guillem, Rai et Klaus sont colocataires. S'évader en musique pendant le confinement s'est imposé à eux comme une évidence.

« Le premier jour, nous avons fait une chanson sur le sujet à la mode, raconte Guillem Boltó. Nous l'avons fait parce que ça nous amusait. Et au bout de quelques jours, nous nous sommes rendus compte que ça prenait des proportions incroyables. On nous écrivait depuis le Chili, la Tanzanie, l'Indonésie, du monde entier. »

Des mélodies accrocheuses et rafraîchissantes, des paroles en anglais, espagnol, catalan ou portugais. Il n'a fallu que quelques jours pour que le phénomène Stay Homas devienne viral.

« Juste des chiffres sur Instagram »

« C'est un peu irréel, confie Rai Benet. Tu vois les chiffres, les commentaires, et c'est super, mais toi, tu es toujours à la maison, avec tes deux amis, et en fait tout est comme avant... Ce sont juste des chiffres sur Instagram. »

Plus de 400 000 followers sur Instagram, un contrat en route avec Sony, une performance avec Manu Chao et des nouvelles de Michael Bublé... Tout est allé très vite.

« Ses représentants se sont mis en contact avec nous, explique Rai. Ils nous ont dit que Michael Bublé voulait chanter une de nos chansons dans un gala de charité au Canada. Quand on a vu ça, c'était stupéfiant, et aujourd'hui encore, on ne réalise pas. »

Impatients de rencontrer leur public

Avec le déconfinement, ils ont hâte d'exporter leurs créations en dehors de leur coloc.

« On reçoit beaucoup d'amour, on a envie de faire plein de choses, et on ne peut pas faire de concerts, mais j'en ai besoin, nous dit Klaus Stroink. Jouer des morceaux et voir l'énergie des gens, comment ils le chantent et comment ils s'amusent avec… »

Le premier concert est prévu pour le 31 juillet, et les places se sont vendues en un quart d'heure. Reste à croiser les doigts en espérant qu'il puisse être maintenu.