DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'immunité aux coronavirus humains pourrait ne durer que six mois selon une nouvelle étude

Un technicien de laboratoire tient un flacon contenant les résultats des tests du vaccin COVID-19 à l'Université Chulalongkorn de Thaïlande, le 23 mai 2020.
Un technicien de laboratoire tient un flacon contenant les résultats des tests du vaccin COVID-19 à l'Université Chulalongkorn de Thaïlande, le 23 mai 2020.   -   Tous droits réservés  Sakchai Lalit/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

L'immunité contre les coronavirus humains — de la famille du SRAS-CoV-2 responsable du Covid-19 — pourrait ne durer que six mois, selon une nouvelle étude de l'université d'Amsterdam. Ce résultat met en doute l'introduction de "passeports d'immunité", que certains gouvernements veulent délivrer aux personnes ayant été malades du Covid-19. Ces documents partent en effet du principe que les ex-malades ne peuvent pas être réinfectées et qu'ils peuvent aller et venir sans risques.

L'étude a suivi 10 hommes sur 35 ans afin de déterminer les niveaux d'anticorps après l'infection par l'un des quatre coronavirus humains saisonniers. Ces hommes, alors âgés de 27 à 40 ans, ont été testés à trois ou six mois d'intervalle. Ce travail n'a pas encore fait l'objet d'une validation par le comité de rédaction d'une revue scientifique.

Lors de ces tests, les chercheurs ont constaté une "courte durée préoccupante de l'immunité acquise protégeant contre les coronavirus". Ils ont aussi noté "des réinfections fréquentes 12 mois après l'infection et une réduction substantielle des niveaux d'anticorps dès 6 mois après l'infection" initiale.

Si les scientifiques soulignent que les quatre souches de coronavirus humains sont "biologiquement dissemblables" et "ont peu de points communs, hormis celui de provoquer le rhume", "ils semblent tous induire une immunité de courte durée avec une perte rapide d'anticorps. Cela pourrait bien être un dénominateur général pour les coronavirus humains".

Cela pourrait être un indicateur de ce qui attend le monde alors que la pandémie de nouveau coronavirus continue à sévir. "Si le SRAS-CoV-2 [responsable du Covid-19] se comporte comme un coronavirus saisonnier à l'avenir, on peut s'attendre à un schéma similaire", ont-ils poursuivi.

Une immunité de groupe "très improbable" contre le SRAS-CoV-2 ?

Les chercheurs ont donc rejeté l'idée, lancée par certains gouvernements, d'introduire des "passeports d'immunité" pour les personnes ayant contracté puis guéri du Covid-19, document qui leur permettraient de voyager et d'assouplir certaines mesures de distanciation sociale.

"Comme l'immunité protectrice peut être perdue six mois après l'infection, la perspective d'atteindre une immunité de groupe fonctionnelle par une infection naturelle semble très improbable", ont-ils averti.

Les résultats de cette étude sont communiqués alors que le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, a annoncé la semaine dernière que le gouvernement travaille sur un "système de certifications" pour permettre aux personnes qui ont guéri du Covid-19 de reprendre certaines activités.

Il a ajouté que des tests d'anticorps qui donneraient des résultats en 20 minutes sont actuellement testés sur 4 000 patients et qu'ils pourraient être déployés à l'échelle nationale s'ils s'avéraient efficaces.

"Le fait de savoir que vous avez ces anticorps nous aidera à mieux comprendre à l'avenir si vous êtes moins à risque d'attraper un coronavirus, de mourir d'un coronavirus et de transmettre un coronavirus", a déclaré Matt Hancock.

Tests de séroprévalence et de vaccins en cours

En Italie, une étude à grande échelle sur la séroprévalence - le niveau d'un agent pathogène dans la population - du Covid-19 a été lancée ce lundi.

Le ministère de la santé italien et la Croix-Rouge vont tester des échantillons de sang de 150 000 personnes provenant de 2 000 municipalités pour détecter les anticorps produits suite à une infection au nouveau coronavirus.

Les personnes ayant des anticorps seront invitées à se soumettre à un prélèvement nasal afin de déterminer si elles sont actuellement porteuses du virus et leur niveau de contagiosité.

Il n'existe actuellement aucun traitement ou remède connu pour le nouveau coronavirus, qui a fait plus de 345 000 victimes et 5,5 millions de malades dans le monde, selon un décompte de l'université américaine Johns Hopkins.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 10 vaccins candidats sont actuellement en évaluation clinique et 114 autres sont en évaluation préclinique.

L'Université d'Oxford a annoncé la semaine dernière qu'elle passait à la phase II de son vaccin et que les tests pour cette seconde étape porteront sur plus de 10 000 adultes et enfants.