DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Place aux négociations entre les 27 sur le plan de relance proposé par la Commission européenne

euronews_icons_loading
Place aux négociations entre les 27 sur le plan de relance proposé par la Commission européenne
Tous droits réservés  Olivier Matthys/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La Commission européenne met sur la table un fonds de 750 milliards d'euros pour faire face à la crise économique provoquée par le coronavirus. Beaucoup de responsables politiques évoquent un plan historique pour l'UE. Pour la première fois en effet il est question d'une mutualisation de la dette.

L’ancien Premier ministre italien, Enrico Letta, salue la proposition. "Cette crise est la 3e en une décennie. Il était nécessaire de fournir une autre réponse plutôt que d'appliquer les solutions précédentes", précise-t-il. Mais pour le président de l’Institut Jacques Delors il aussi important de mettre correctement en œuvre cette stratégie.

C'est maintenant une difficile négociation qui commence. Le plan doit être approuvé à l'unanimité par les dirigeants de l’UE. Or quatre pays, surnommés les quatre frugaux (Autriche, Danemark, Pays-Bas, Suède), sont réservés. Toutefois ils n’ont pas rejeté la proposition et laissent ainsi de la place aux pourparlers. Les 27 chefs d’Etat et de gouvernement feront un premier point d’étape dans le courant du mois de juin lors du sommet consacré à la reprise économique. L'ancien Premier ministre finlandais, Alexander Stubb, estime tout de même qu'un compromis est possible. "Ce qui se passe en Italie, ce qui se passe en Espagne va avoir des répercussions à la fois au Danemark et en Suède. Et je pense qu'à la fin ils suivront le wagon", estime-t-il.

Le Parlement européen devra lui aussi se prononcer. Mais il faudra du temps entre la décision politique et sa réalisation concrète. L'objectif est de voir ce nouvel instrument entrer en vigueur d'ici le mois de janvier.