DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Future relation Londres-Bruxelles : les pourparlers reprennent pour tenter de sortir de l'impasse

euronews_icons_loading
Future relation Londres-Bruxelles : les pourparlers reprennent pour tenter de sortir de l'impasse
Tous droits réservés  Francisco Seco/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Après un premier cycle de négociations sans succès, les pourparlers doivent reprendre mardi. Mais le négociateur en chef Michel Barnier invite le Royaume-Uni à respecter ses engagements.

Le Brexit est de retour à l'agenda bruxellois. "Le temps presse", a rappelé le négociateur européen Michel Barnier dimanche dans une interview accordée à The Times.

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l'Union européenne le 31 janvier, mais les règles européennes continuent de s'appliquer jusqu'à fin décembre, le temps de trouver un accord qui dessine les futures relations entre Londres et Bruxelles.

Après un premier cycle de négociations sans succès, les pourparlers doivent reprendre mardi, mais Michel Barnier invite fermement le Royaume-Uni à respecter ses engagements.

Mi-mai, son homologue britannique David Frost avait parlé de "propositions déséquilibrées qui lieraient son pays aux normes de l'UE". Et Londres se montre inflexible : pas question de prolonger les négociations au delà de fin décembre.

"Alors que le Royaume-Uni pourrait éventuellement sortir de la récession, conséquence de la crise du coronavirus, il pourrait alors constater qu'il a de nouveaux problèmes qui découleraient de l'échec à conclure un accord avec l'Union européenne sur le commerce", analyse Simon Usherwood, Professeur à l'Université de Surrey.

"Donc, cela pourrait entraîner des problèmes en matière d'approvisionnements, ce qui ne serait pas une bonne chose pour un gouvernement qui essaie de se présenter comme offrant des perspectives d'avenir positives à la population", ajoute-t-il.

Faute d'accord et de prolongation, les échanges entre les deux pays seraient régis par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Et le retour brutal de nouvelles barrières commerciales pourrait causer des surcoûts importants pour les entreprises importatrices, des deux côtés de la Manche.