DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Menton, la colère des automobilistes face au zèle des douaniers français

euronews_icons_loading
Contrôle de la gendarmerie française à la frontière franco-italienne à Menton, le 3 juin 2020.
Contrôle de la gendarmerie française à la frontière franco-italienne à Menton, le 3 juin 2020.   -   Tous droits réservés  VALERY HACHE/AFP
Taille du texte Aa Aa

A Menton, ville à la lisière de l'Italie sur la Côte d'Azur, la douceur de vivre est remplacée par l'agacement : pour ceux qui veulent passer d'Italie en France, c'est un parcours du combattant. Il faut dire que Rome et Paris ne sont pas sur la même longueur d'ondes : si l'Italie a rouvert totalement ses frontières, la France veut s'aligner sur la réouverture des frontières intérieures de l'Union européenne à compter du 15 juin.

Pourtant pendant le confinement, entrer en France était plus simple, comme l'explique Stéphane, habitant à Menton :

"Pendant que nous, on était interdits de rentrer en Italie, les Italiens pouvaient rentrer en France en toute impunité, sans contrôle, sans rien. Alors que nous, on nous a toujours interdits de rentrer en Italie. Maintenant qu'on nous a informés hier que ça serait ouvert aujourd'hui, il y a des problèmes."

VALERY HACHE/AFP
Des policiers et des militaires italien, côté...italien de la frontière franco-italienne, le 3 juin 2020 près de Menton en France.VALERY HACHE/AFP

D'ordinaire à cette frontière, les automobilistes ayant des plaques d'immatriculation françaises et les nombreux Italiens travaillant en France ou à Monaco traversent facilement : aujourd'hui les contrôles sont systématiques.

"Vous pouvez passer du côté italien mais pour revenir, il vous faudra une attestation internationale de circulation, une attestation de domicile, votre carte d'identité et un motif valable et non futile d'aller en Italie. Sans quoi, vous risquez 135 euros d'amende", témoigne Michel, un habitant de Menton.

VALERY HACHE/AFP
La foule faisant la queue devant un bar tabac en Italie, juste après la frontière française.VALERY HACHE/AFP

Une amende qui n'a visiblement pas refroidit tous ceux qui allaient faire des achats plus intéressants en Italie voisine, comme les cigarettes notamment...