EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

France : la gestion "opaque" des détenus radicalisés dénoncée dans un rapport

Prison in France
Prison in France Tous droits réservés Christophe Ena/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Christophe Ena/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.
Par Julien Pavy
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Environ 1 500 détenus sont emprisonnés en France pour des faits de radicalisation, à des degrés divers. Un rapport pointe l'uniformisation de leur prise en charge. Interview de Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de libertés.

PUBLICITÉ

La gestion des détenus radicalisés en France est critiquée dans un rapport que vient de publier le contrôleur général des lieux de privation de liberté, une autorité administrative indépendante qui veille notamment au respect des droits fondamentaux.

1 500 détenus radicalisés

Il y a environ 1 500 détenus radicalisés en France qui se répartissent en deux catégories : ceux qui sont emprisonnés pour des faits en lien avec le terrorisme islamiste (ils sont plus de 500, dont certains sont toujours en attente de leur procès. Parmi eux, une grande majorité d’hommes). La deuxième catégorie concerne les détenus emprisonnés pour des faits "de droit commun" suivis en raison de leur ancrage dans un mouvement de radicalisation islamiste.

Des quartiers d'évaluation de la radicalisation

Tous ces détenus passent d’abord par des quartiers d'évaluation de la radicalisation qui décident de leur conditions d’incarcération : soit ils sont placés en détention ordinaire, soit dans des quartiers spécifiques ou à l’isolement.

Pour en parler, nous avons interviewé Adeline Hazan, contrôleur général des lieux de privation de libertés.

Euronews
Adeline HazanEuronews
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives