EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Émeutes à Stuttgart : Berlin dénonce des "actes ignobles"

Émeutes à Stuttgart : Berlin dénonce des "actes ignobles"
Tous droits réservés Simon Adomat/AP Photo
Tous droits réservés Simon Adomat/AP Photo
Par Julien Pavy avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans la nuit de samedi à dimanche, un groupe d'individus a semé le chaos dans le centre-ville de Stuttgart commettant actes de vandalisme et pillages. Les forces de police ont également été prises pour cible.

PUBLICITÉ

Le ministre allemand de l'Intérieur s'est rendu dans le centre-ville de Stuttgart après les émeutes sans précédent survenues ce week-end dans la capitale du Bade-Wurtemberg.

Berlin témoigne son soutien à la police

Ce déchaînement de violence a notamment visé les forces de police. Berlin a condamné des "actes ignobles" appelant à la plus grande sévérité.

"J'espère que les auteurs de ces actes seront identifiés, qu'ils seront rapidement et lourdement condamnés par la justice. En tant que démocrates, nous allons rester solidaires. Nous, dirigeants politiques, souhaitons témoigner notre soutien à la police", a déclaré Horst Seehofer, le ministre de l'Intérieur.

Pas de revendications politiques, ni religieuses

Dans la nuit de samedi à dimanche, un groupe de 500 individus a semé le chaos dans le centre-ville de Stuttgart, brisant équipements publics, vitrines de commerces, cassant, pillant... Cette violence serait partie d'un contrôle de police pour une affaire de stupéfiants.

Une vingtaine de personnes ont été interpellées. Elles sont de nationalité allemande, croate, irakienne, portugaise et lettone. Ce lundi, les habitants étaient sous le choc :

"J'ai été choqué que les choses puissent aller aussi loin. Je ressens de la colère" , dit une passante.

"Ce n'est pas normal du tout, c'est juste triste. Je suis sans voix avec toutes les vidéos que j'ai vues sur internet", ajoute un homme.

Les enquêteurs semblent écarter pour l'heure l'hypothèse d'une violence liée à des revendications religieuses ou politiques. Certains évoquent une colère accumulée durant le confinement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'OTAN va ouvrir un centre de commandement pour l'Ukraine en Allemagne

L'Allemagne "ne se laissera pas intimider" par les menaces russes après la découverte d'un complot

Football : la France éliminée de l'Euro par l'Espagne en demi-finales