DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : difficile de trouver un équilibre entre allégement sanitaire et peur d'une seconde vague

euronews_icons_loading
Covid-19 : difficile de trouver un équilibre entre allégement sanitaire et peur d'une seconde vague
Tous droits réservés  Matt Dunham/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Grande-Bretagne

Au lendemain de l'annonce du Premier ministre britannique de l'allègement des mesures sanitaires à partir du 4 juillet en Angleterre, des responsables de la santé ont alerté le gouvernement : le pays pourrait ne pas être prêt en cas de seconde vague de Covid-19.

Dans une lettre ouverte publiée dans le British Medical Journal, les ministres ont été avertis que :

"les données disponibles indiquent que des flambées locales sont de plus en plus probables et qu'une deuxième vague constitue un risque réel...".

Au plus fort de l'épidémie de Covid-19, le personnel hospitalier était débordé et se plaignait de ne pas avoir assez d'équipements de protection. Les auteurs de la lettre ont averti qu'une action urgente de préparation à une seconde vague était nécessaire pour éviter de nouvelles pertes de vies humaines.

Belgique

En Belgique, qui entrera le 1er juillet dans une nouvelle phase de son plan de déconfinement et emboîtera ainsi le pas à la France en rouvrant à son tour les piscines, les théâtres et les cinémas, dans la limite de 200 personnes, la Première ministre Sophie Wilmès a exhorté les citoyens à ne pas prendre de risques dans les grands rassemblements comme cela s'est produit le week-end dernier lors d'une fête en plein air :

"Le virus n'est pas inoffensif, même pour les jeunes adultes. De plus, l'organisation de tels événements favorise la propagation du virus. Lorsque vous prenez un risque pour vous-même, vous prenez également un risque pour les personnes qui vous entourent, ne l'oubliez pas".

Portugal

Plusieurs pays connaissent actuellement des flambées de covid-19, dont le Portugal. Le gouvernement a été contraint de réimposer des restrictions sur la région de Lisbonne et certains critiques le manque de contrôle. Les hôpitaux seraient en moyenne à 60 % de leur capacité.

Tous les commerces doivent fermer à 20 heures, à l'exception des restaurants. Les rassemblements publics de plus de dix personnes sont de nouveau interdits.