DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'ex-basilique Sainte-Sophie à Istanbul : musée ou mosquée ?

euronews_icons_loading
L'ex-basilique Sainte-Sophie à Istanbul : musée ou mosquée ?
Tous droits réservés  AP/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

L'ex-basilique Sainte-Sophie à Istanbul, aujourd'hui, sous le statut de musée, peut-elle de nouveau devenir une mosquée ? Le Conseil d'Etat, plus haute juridiction de Turquie, se penche ce jeudi sur une requête soutenue par le président Erdogan.

L'affaire est hautement sensible, en premier lieu pour la communauté orthodoxe. Leur chef spirituel, le patriarche Bartholomée 1er a ainsi averti que "la possible conversion de Sainte-Sophie en mosquée pousserait des millions de Chrétiens à se tourner contre l'Islam. Sainte-Sophie, en raison de sa sainteté, est un centre vital où l'Orient et l'Occident se rejoignent, et cela créerait une fracture entre ces deux mondes".

"Lieu saint, où l'Orient et l'Occident se rejoignent"

En Turquie, le ton est tranchant du côté des associations qui réclament la conversion de Sainte-Sophie en mosquée.

"Bien sûr, un Chrétien sera contre, c'est naturel", dit Yunus Genc, dirigeant de l'Association de la jeunesse anatolienne, "mais nous sommes musulmans. Et cette terre a été gouvernée par des musulmans depuis 1453 et si Dieu le veut, elle le sera jusqu'à la fin des jours. Et nous voulons que ce monument soit une mosquée à Istanbul où les musulmans sont majoritaires".

Colère de la Grèce

Soucieux du patrimoine byzantin, le gouvernement grec ne cache pas sa colère.

"Que poursuit aujourd'hui le gouvernement turc et le président Erdogan : rétablir et raviver le fanatisme national et religieux ?", s'insurge Lina Mendoni, la ministre grec de la culture, et de dénoncer la poursuite de la dégradation de la valeur et du rayonnement global du monument.

Le président Erdogan soutient ouvertement la conversion de Sainte-Sophie en mosquée. Sur fond de crise économique, il entend rallier la base de son électorat. C'est ce qu'estime cet spécialiste de la Turquie au Washington Institute.

Pour Erdogan, "rallier l'électorat conservateur"

"Je pense qu'Erdogan sent une baisse dans le soutien populaire et donc il veut se servir de sujets dont il pense qu'ils vont remobiliser sa base conservatrice, avec des thèmes populistes, anti-élitistes. Il ne s'agit pas d'avoir plus de place pour prier, ou d'avoir une mosquée supplémentaire. Il s'agit plutôt d'utiliser ce que j'appelle le nationalisme musulman, de mettre l'accent sur l'identité islamique de la Turquie au détriment des autres religions pour mobiliser sa base conservatrice et de droite", analyse Soner Cagaptay, Washington Insitute.

Construite au VIème siècle par les Byzantins, Sainte-Sophie a été convertie en mosquée par les Ottomans après la prise de Constantinople au XVème siècle, puis transformée en musée dans les années 30 par Mustafa Kemal. Dans quinze jours maximum, la Turquie tranchera sur l'avenir de ce symbole.