DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les orphelins de Srebenica racontent leur vie sans père

euronews_icons_loading
Les orphelins de Srebenica racontent leur vie sans père
Tous droits réservés  Darko Bandic/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Srebrenica , 11 juillet 1995. Le pire massacre en Bosnie depuis la seconde guerre mondiale. Il y a 25 ans, les forces serbes éliminaient en quelques jours 8000 hommes qui tentaient de fuir leur génocidaires. Les survivants, leurs enfants, désormais orphelins, racontent leur histoire. La plupart des enfants réfugiés à Srebrenica et nés en 1995 n'ont de leur père, qu'une photo.

"Mon nom est Dzenana Salihovic, je suis née le 7 juin 95, j'avais un mois quand j'ai du fuir ma maison avec ma famille. Avec ma mère et mes soeurs, j'ai été transféré de force à Kladanj alors que mon père a couru se réfugier dans les bois. Malheureusement, il n'a pas réussi."

Les hommes se sont parfois cachés dans les arbres pour échapper aux chiens qui reniflaient leur présence.

"Mon nom est Avdo Mehmedovic, je suis né à Gradac, dans la municipalité de Lukavac. Je suis né pendant la période de l'exil et des réfugiés, de la déportation du peuple de Srebrenica, et après le génocide de Srebrenica. Je suis né dans le sous-sol d'une maison où il y avait beaucoup d'humidité et j'ai une anecdote. Quand je suis né, je ne respirais pas du tout, et ma mère et ma grand-mère ont essayé de me réanimer et m'ont rapproché du poêle, alors j'ai commencé à respirer. On m'a donné le même nom que mon grand-père qui a été tué dans le génocide, Avdo Mehmedovic."

Près de 60 000 Bosniaques s'étaient rassemblés dans cette enclave de Srebrenica sensée être protégée par les casques bleus de l'Onu. Les forces de Ratko Mladic ont déporté les femmes et les enfants et tué les hommes de 16 à 60 ans, les jetant dans des fosses communes. 25 ans après beaucoup de familles espèrent toujours retrouver les restes des leurs dans la forêt.