DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Black Lives Matter : le bras de fer de Portland

euronews_icons_loading
Une manifestante blessée et arrêtée à Portland, le 27 juillet 2020
Une manifestante blessée et arrêtée à Portland, le 27 juillet 2020   -   Tous droits réservés  Marcio Jose Sanchez/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Depuis la mort de George Floyd à Minneapollis en mai dernier, des foules se rassemblent chaque nuit devant le palais de justice fédéral de Portland, aux Etats-Unis.

Le 3 juillet, le président Donald Trump a décidé de déployer les agents fédéraux, attisant ainsi les flammes du mouvement de protestation Black Lives Matter dans la ville.

Et le président américain insiste pour que les officiers fédéraux restent là, jusqu'à ce que, je cite, "les attaques contre le palais de justice américain cessent".

Mais les manifestants restent fidèles à leur cause :

"La vie des Noirs est importante. Toute la journée, tous les jours. C'est pourquoi nous sommes ici", explique Paris.

"Nous savons que le racisme est très présent dans le système de justice pénale. Il l'est depuis le tout début de ce pays, et il le sera jusqu'à ce que davantage de personnes se lèvent pour le corriger" ajoute Taylor.

"George Floyd est mort en disant : je ne peux pas respirer, et je sens donc qu'il est de mon devoir de dépenser chacun de mes souffles pour cette cause" conclut Marcail.

Le maire de Portland et de cinq autres villes veulent que le Congrès rende illégal le déploiement des officiers fédéraux sans consentement local. Ils estiment que ces agents ont parfois recours à une force malvenue ou à des arrestations sommaires qualifiée "d'enlèvements" par les manifestants. Trump défend le rôle des fédéraux et affirme que de violents émeutiers et anarchistes ont détourné des protestations légitimes.