DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Anvers, ville en sursis

euronews_icons_loading
Anvers, ville en sursis
Tous droits réservés  JONAS ROOSENS / Belga / AFP
Taille du texte Aa Aa

C'est une ville en sursis, Anvers, 500 000 habitants est le cœur de la diffusion du coronavirus en Belgique. Depuis cinq jours un couvre-feu pour tenter de contenir la propagation du virus a été décrété. Des règles particulières à la ville en plus des mesures déjà strictes adoptées par la Belgique car la province flamande connait des taux d'infection très inquiétants.

"Près de la moitié des nouvelles infections que nous avons en Belgique, ont lieu à Anvers. Ce qui signifie que le foyer de l'épidémie est réellement situé ici", alerte Cathy Berx, gouverneure de la province d'Anvers.

Selon la gouverneure, la fin des mesures de confinement n'aurait pas dû se faire au niveau national mais en prenant en compte les spécificités locales. Aujourd'hui, Anvers pourrait déjà faire face à une seconde vague.

"Elle débute rapidement et cela montre que si vous ne respectez pas la distanciation sociale la maladie se diffuse très facilement. Et ensuite cela requiert de prendre des mesures drastiques pour reprendre le contrôle", analyse Pierre Van Damme, professeur de vaccinologie à l'université de la ville.

Alors un nouveau confinement pourrait-il être instauré à Anvers? Pour certains virologues, il semble qu'il soit déjà trop tard et c'est à l'échelle de la Flandre toute entière qu'il faudrait désormais agir.