DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : la situation se dégrade en Espagne et en France

euronews_icons_loading
Coronavirus : la situation se dégrade en Espagne et en France
Tous droits réservés  Joan Mateu/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La France et l'Espagne constatent depuis plusieurs jours une augmentation des contaminations. Pour contrer cette dégradation sanitaire, les deux pays ont mis en place une série de mesures.

Fermeture des discothèques, interdiction de fumer dans la rue, horaires restreints pour les bars et restaurants : l'Espagne déjà très endeuillée déploie à nouveau un arsenal sanitaire pour freiner la contagion galopante du coronavirus.

Devant les 3 000 nouveaux cas enregistrés dans le pays deux jours de suite, les discothèques, bars de nuit et salles de danse devront refermer leurs portes et les restaurants ne pourront plus accueillir de clients après minuit.

Au terme d'une réunion d'urgence, les autorités sanitaires de toutes les régions et le ministre de la Santé Salvador Illa ont pris à l'unanimité une série de mesures pour endiguer la propagation du virus.

Des centaines de nouveaux foyers ont été détectés dans tout le pays. L'Espagne a atteint une moyenne de 111 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants sur les 14 derniers jours, contre 33,6 en France ou 17 au Royaume-Uni. L'ordre des médecins a appelé jeudi les autorités à "redresser la barre" pour lutter contre l'accélération de la contagion.

Les sorties nocturnes en ligne de mire

Le ministre de la Santé n'a pas de doute sur l'origine du mal : "Les sorties nocturnes sont actuellement à l'origine de ces foyers épidémiques avec une hausse du nombre des cas associés". Et ce sont ces mêmes foyers qui sont ensuite "à l'origine d'une grande partie de la transmission communautaire", c'est-à-dire quand on ne peut plus remonter au contact originel. Les contrôles de police pour mettre fin aux fêtes sauvages dans la rue ou sur les plages seront donc renforcés.

Dans les maisons de retraite, qui enregistrent de nouveau la plupart des décès, les visites seront limitées et tous les nouveaux résidents devront être testés à leur admission.

Les régions seront tenues d'effectuer des campagnes de tests dans les groupes de population à risque et dans les quartiers et les agglomérations particulièrement atteints par la contagion.

Le port du masque dans la rue est déjà obligatoire sur tout le territoire et les fumeurs ne pourront plus l'enlever pour griller une cigarette ou vapoter s'ils sont à moins de deux mètres de quelqu'un.

En France, 2 600 nouveaux cas en 24h

Dans l'hexagone, plusieurs régions sont "particulièrement à risque" et "une vingtaine de départements sont au-dessus d'un certain seuil de vigilance", selon Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé.

Paris et les Bouches-du-Rhône ont été classés zones de "circulation active" du virus ce qui permet à leurs préfets de prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre l'épidémie, en concertation avec les élus, par un décret publié vendredi au Journal officiel.

Avec 2 846 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures "la situation se dégrade" en France, a estimé Jérôme Salomon, alors qu'un collectif de médecins prône la généralisation du masque en entreprise.

Sur France Inter vendredi matin, le directeur général de la Santé s'est toutefois voulu optimiste: "On peut freiner l'épidémie et mettre fin à des clusters à risque", a-t-il dit en citant le cas de la Mayenne, département où plusieurs foyers de Covid-19 avaient été identifiés. "Les Mayennais se sont mobilisés, ont observé l'ensemble des gestes barrières, ont accepté de se faire tester massivement : ça a marché!".