DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'enfer des orphelins, rejetés par le Japon après la guerre

euronews_icons_loading
Japan Children of War
Japan Children of War   -   Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Kisako Motoki n'a jamais oublié le 10 mars 1945, à Tokyo.

"J'ai vu des bombes tomber dans le ciel noir. Je les regardais et je me demandais ce que c'était. Quand elles ont touché le sol, elles ont explosé et se sont enflammées."

75 ans après la fin de la guerre du pacifique, et la capitulation du Japon, Kisako, 86 ans, ose enfin raconter son histoire. Cette nuit là, elle est devenue orpheline. Plus de 105 000 personnes ont été tuées en quelques heures.

"Mes parents sont morts parce que mon frère et moi nous nous sommes échappés de l'abri construit par mon père. Depuis lors, je m'en veux."

aucun enfant ne devrait avoir à vivre comme un orphelin de guerre comme je l'ai fait

Et l'enfer allait commencer. Au Japon, les orphelins seront rejetés par la société, pour avoir survécu à la guerre. Ils sont maltraités, laissés à la rue. Traités comme des déchets. Emprisonnés ou jetés dans des orphelinats. Des structures qui ne pouvaient accueillir que 12 000 enfants, alors que le Japon comptait plus de 123 000 orphelins. Kisako et son frère vivent chez leur oncle.

"Il était violent et mes 12 cousins imposaient des restrictions sur ce que je pouvais manger. Pareil pour mon petit frère. Pas plus d'une tasse et demie de riz par jour. Quand il mangeait plus que ça, tout le monde le battait, ses joues étaient enflées."

Le gouvernement n'a jamais soutenu ces enfants. Alors aujourd'hui Kisako s'est fixée une mission :

"C'est très douloureux pour moi de raconter mon histoire. Mais je dois continuer à parler parce que je suis convaincue qu'aucun enfant ne devrait avoir à vivre comme un orphelin de guerre comme je l'ai fait."