DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Comment la fonte du permafrost transforme la Sibérie et menace la planète

euronews_icons_loading
euronews
euronews   -   Tous droits réservés 
Taille du texte Aa Aa

Alors que le mois de juillet a été le troisième le plus chaud jamais enregistré sur la planète, Climate Now vous emmène ce mois-ci en Sibérie occidentale, où la fonte des glaces s'accélère. Dans ce reportage exclusif, nous nous intéressons plus particulièrement à la fonte du permafrost qui transforme l'écosystème et accélère le réchauffement climatique dans cette région du nord de la Russie.

Mais commençons d'abord par les dernières données du service européen Copernicus en matière de changement climatique. Juillet 2020 fut le troisième mois de juillet le plus chaud jamais enregistré après juillet 2016 et 2019, avec des températures supérieures de 0,5 degrés Celsiusà la moyenne de 1981-2010.

Euronews
Copernicus Climate Change Service implemented by ECMWFEuronews

Si l'on jette un coup d'œil sur l'Europe, le tableau est mitigé. Sur cette carte des anomalies de température, nous pouvons voir qu'en Espagne et au Portugal, il faisait plus chaud que la moyenne, tandis qu'au Royaume-Uni et en Scandinavie, il faisait beaucoup plus frais que la moyenne de juillet.

Dans la région arctique, que vous pouvez voir sur la carte ci-dessous en rouge, il a fait beaucoup plus chaud, avec au moins 5 à 6 degrés de plus par rapport à la période de référence 1981-2010, en particulier le long de la côte nord de la Sibérie.

Euronews
Coperniucs Climate Change Service implemented by ECMWFEuronews

Si nous regardons cette même zone sur cette carte des anomalies de concentration de la glace de mer, vous pouvez voir que la tendance au réchauffement est confirmée.

Ici en rouge, ces zones ont vu l'épaisseur de la glace de mer nettement atteindre des niveaux inférieurs aux normales pour un mois de juillet. Dans de nombreux endroits, il n'y avait plus que de l'eau, la glace ayant fondue.

Euronews
Coperniucs Climate Change Service implemented by ECMWFEuronews

Aujourd'hui, toutes sortes de processus complexes sont en oeuvre dans l'Arctique, en Sibérie et dans le nord de la Russie, alors que la planète continue de se réchauffer. Alors, à quoi cela ressemble-t-il concrètement sur le terrain ? Que pouvons-nous réellement observer en Sibérie ? Notre correspondante Galina Polonskaya a rencontré une équipe scientifique russe en Sibérie occidentale.

Euronews
Climate NowEuronews

Au coeur de la Sibérie, bouleversée par la fonte du permafrost

La Iamalie est l'une des régions de Sibérie occidentale qui a connu un hiver exceptionnellement doux et une vague de chaleur record en mai.

Début août, le scientifique Sergey Loiko mesurait la profondeur à laquelle il doit creuser pour atteindre le permafrost. Une couche solide qui se trouve à des niveaux beaucoup plus profonds que d'ordinaire.

"Donc, au lieu des 40 centimètres habituels, nous le trouvons à environ 55 centimètres", constate Sergey Loiko, chercheur au laboratoire de l'Université de Tomsk. "Normalement, cette profondeur peut être observée à la fin de l'été ou au milieu du mois de septembre. Le permafrost est donc plus profond avec une avance d'un mois. Et en automne, il s'enfonce encore plus profondément".

Problème : lorsqu'il fond, le permafrost libère du CO2 dans l'environnement, ce qui accélère le réchauffement climatique, avec des conséquences importantes pour l'écosystème

Euronews
Sergey LoikoEuronews

"Nos recherches dans ce domaine clé et dans d'autres montrent que le climat se réchauffe, que les écosystèmes réagissent différemment", explique Sergey Loiko. "Si vous regardez tout ce qui est lié à la stabilité des sols, nous constatons qu'ils deviennent moins stables. Nous pouvons observer l'assèchement des lacs et l'accumulation de tourbe".

Selon ce scientifique, en tout le nombre de lacs asséchés a été multiplié "par 20" ces cent dernières années.

Nous nous sommes donc rendus dans l'un de ces nombreux lacs récemment asséchés dans cette partie de la Sibérie occidentale. Un phénomène directement lié au changement climatique.

"Il y a environ 15 ans, nous aurions vu un lac ici"
Sergey Loiko
Chercheur à l'Université de Tomsk

Les lacs disparaissent car les couches solides de permafrost qui ont stabilisé cette terre pendant des milliers d'années se désagrègent, et l'eau s'écoule.

"Les hivers sont chauds. Et comme ils sont chauds, le sol qui se trouve sous la neige n'a pas le temps de geler correctement. Résultat : lorsqu'une grande masse d'eau s'accumule et commence à exercer une pression, elle emporte d'abord avec elle la neige, puis l'eau s'évacue. Au fur et à mesure, le lac commence à s'enfoncer et à disparaître", détaille constate Sergey Loiko, chercheur au laboratoire de l'Université de Tomsk.

La couche de permafrost s'est enfoncée, laissant prospérer un sol fertile de plus. Résultat : de plus en plus d'arbres poussent, plus on avance vers le nord, et la forêt se rapproche de l'Arctique. "Ici, nous pouvons voir de jeunes arbres. Celui-ci a germé en 2005, et a l'air de bien se porter", observe Sergey Loiko.

Euronews
Climate NowEuronews

Boucles de rétroaction

Si la région se réchauffe plus rapidement que d'autres parties de la planète, c'est à cause de ce que les scientifiques appellent les "boucles de rétroaction positive". Si la neige fond plus tôt que d'habitude, elle expose des terres, qui absorbent plus de lumière solaire, et qui se réchauffent encore plus en retour. Un cercle vicieux.

"On pense que la fonte du permafrost pourrait provoquer l'accélération de ce processus", explique Sergey Loiko. "La fonte s'accélère donc d'elle-même, car lorsque le permafrost fond, il commence à respirer et à libérer des gaz à effet de serre, et ces gaz augmentent l'effet de serre dans l'atmosphère, accélérant ainsi la fonte."