DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Le poison fait partie de la politique de Poutine"

euronews_icons_loading
"Le poison fait partie de la politique de Poutine"
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Konstantin Jankauskas, conseiller municipal d'opposition à Moscou proche d'Alexeï Navalny livre à Euronews ses certitudes : l'opposant a été empoisonné et les autorités tentent de maquiller leur acte.

Qu'est-il arrivé à Alexeï Navalny? La question est sur toutes les lèvres devant l'hôpital d'Omsk, en Sibérie occidentale, où l'opposant russe n°1 reste dans un état grave. Quelques journalistes et des soutiens de l'homme politique tiennent la garde en attente de réponses.

Ce jeudi, le personnel médical, par la voix du directeur de l'hôpital, affirmait n'avoir trouvé aucun produit toxique dans l'organisme de l'individu. Mais Konstatin Jankauskas, proche de Navalny, soutient sur Euronews la thèse de l'empoisonnement.

"Le problème, c'est que le médecin, le directeur de l'hôpital, n'est pas un simple médecin, c'est un politique, un membre du parti Russie unie de Vladimir Poutine. Nous pensons qu'il s'agit davantage de politique que de la santé d'Alexeï", dit-il.

"Il est gardé prisonnier plusieurs jours, le temps de cacher la substance qui a servi à l'empoisonner, pour que ce poison sorte de son sang et que l'enquête n'aboutisse nulle part."

Le porte-parole du Kremlin a pour sa part déclaré que rien ne permettait d'affirmer que l'opposant avait été volontairement intoxiqué.

"Les suppositions au sujet de l'empoisonnement restent au stade des suppositions. Cela doit être confirmé par un laboratoire, il faudra attendre les résultats d'analyse", affirme Dmitry Peskov.

"Le poison fait partie de la politique"

Mais les soutiens de Navalny sont d'un autre avis. Ce n'est pas la première fois en Russie qu'un critique du Kremlin est victime d'un empoisonnement présumé. C'est par exemple le cas d'Alexandre Litvinenko, ancien du renseignement russe mort au Royaume-Uni en 2006 dans des circonstances non-élucidées.

"Le poison fait partie de la politique en Russie. C'est parfois avec du poison que l'on traite les opposants. Le cas le plus tristement célèbre est celui de M. Litvinenko, qui est mort empoisonné. Le poison fait partie de la politique de Poutine, malheureusement", accuse Konstantin Jankauskas.

D'après le proche de Navalny, le café de l'aéroport d'Omsk, potentielle scène de crime, a été fermé juste après son embarquement dans l'avion. Selon lui, les employés de l'aéroport n'ont pas le droit de parler à la presse.