DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Chute historique du PIB, les Etats-Unis rentrent en récession

euronews_icons_loading
Chute historique du PIB, les Etats-Unis rentrent en récession
Tous droits réservés  FREDERIC J. BROWN/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

L'administration américaine a révisé son estimation de contraction du Produit intérieur brut pour le deuxième trimestre à -31,7% en rythme annualisé contre -32,9% estimé précédemment, a indiqué jeudi le département du Commerce dans un communiqué.

Cette chute historique du PIB, ajoutée à celle enregistrée au premier trimestre (-5%), a plongé officiellement le pays en récession, provoquée par la pandémie de Covid-19 qui a obligé les autorités à prendre des mesures drastiques de confinement mettant à l'arrêt l'économie américaine.

La mesure utilisée aux Etats-Unis pour estimer la croissance est l'évolution en rythme annualisé, qui compare le PIB à celui du trimestre précédent, et projette l'évolution sur l'année entière à ce rythme. Elle diffère du glissement annuel, qui compare le PIB à celui du même trimestre de l'année précédente.

Ce jeudi, le président de la Banque centrale américaine a pris la parole. Il a jugé l'économie des Etats-Unis "saine" tout en indiquant que le chômage pourrait en revanche rester élevé pendant longtemps.

"L'économie était solide en février. Donc, il y a beaucoup de force dans l'économie. La reprise en mai et juin est intervenue plus tôt et a été plus forte que prévu", ce qui signifie qu'il y a "toujours une économie saine à l'exception des secteurs directement touchés" par la crise sanitaire, a déclaré Jerome Powell, citant les secteurs de la restauration, du voyage et de l'hôtellerie.

"Nous devons être aux côtés de ces personnes, nous devons les soutenir et les aider à reprendre une vie professionnelle", a également déclaré M. Powell. Et d'ajouter que pour ces personnes, cela pourrait prendre "plusieurs années".

Pour l'heure, le chômage reste élevé dans le pays : 10,2% en juillet. Du 16 au 22 août, un peu plus de un million de personnes se sont inscrites au chômage, soit 98 000 inscriptions de moins que lors de la semaine précédente.