DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Crise au Mali : la Cedeao demande à la junte de restituer rapidement le pouvoir aux civils

euronews_icons_loading
Des manifestants au Mali le 21 août
Des manifestants au Mali le 21 août   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le Mali est toujours sous haute tension dix jours après un coup d'Etat militaire marqué par l'arrestation du président Ibrahim Boubacar Keïta et de son Premier ministre.

Tous deux ont depuis été libérés par la junte qui a ainsi accédé à l'une des revendications de la Communauté économique des Etats ouest-africains. Mais les dirigeants de la Cedeao maintiennent la pression sur les putschistes. Réunis en sommet virtuel, ils exigent la tenue d'élections démocratiques dans un délai de douze mois pour que le pouvoir soit rapidement restitué aux civils.

"Si nous pouvons considérer que la question de la libération du président Ibrahim Boubacar Keïta et celle de sa restauration dans sa fonction sont ainsi résolues, il n'en est pas de même pour celle du retour à l'ordre constitutionnel qui suppose le retour des militaires dans leurs casernes", a déclaré le président du Niger et de la Cedeao, Mahamadou Issoufou.

Les dirigeants de la Cedeao font du départ des militaires du pouvoir une condition sine qua non à la levée des sanctions financières et commerciales infligées au Mali au lendemain du coup d'Etat. Des sanctions qui asphyxient un peu plus encore le pays.