DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ile Maurice : colère noire après la marée noire

euronews_icons_loading
Ile Maurice : colère noire après la marée noire
Tous droits réservés  Beekash Roopun/L'express Maurice via AP
Taille du texte Aa Aa

Une manifestation anti-gouvernementale suite à la marée noire qui s'est abattue sur les côtes de l'Ile Maurice a réuni ce samedi des dizaines de milliers de personnes. Du jamais vu dans le pays depuis 40 ans.

A Port-Louis, ils étaient au moins 50 000 ce samedi, 75 000 selon d'autres sources, la plupart vêtus de noir et en colère contre le gouvernement de Pravind Jugnauth, qui a selon eux mal répondu à la marée noire au début du mois. Ce dernier était appelé à la démission avec le slogan en créole "Lév paké aller" (quitte le pouvoir).

La colère des insulaires, provoquée par la catastrophe écologique, a été aggravée par des récentes images qui ont fait le tour de l'île montrant près d'une quarantaine de dauphins échoués morts ou agonisants près des lieux du naufrage.

La cause du décès des animaux n'est pas établie. Selon le gouvernement, les autopsies n'ont pas montré de trace d'hydrocarbure dans leurs organismes. D'autres analyses bactériologiques et toxicologiques seront toutefois nécessaires pour exclure définitivement tout lien direct avec la marée noire ou l'immersion au large de la proue du bateau.

Le Wakashio, un vraquier japonais, s'est échoué le 25 juillet sur un récif au sud-est de l'île. La plupart du fioul à bord a été pompé avant que le navire ne se brise en deux trois semaines plus tard, mais on estime qu'au moins un millier de tonnes d'hydrocarbures ont souillé la côte, notamment des espaces protégés.

La mer en commun

Pour les manifestants réunis ce samedi, le gouvernement a trop tardé à prendre la mesure de la catastrophe et à organiser le pompage du fioul. Le Premier ministre, au pouvoir depuis 2017, a jugé n'avoir commis aucune erreur et a refusé de présenter des excuses.

Beaucoup de manifestants arboraient le drapeau mauricien et ont entonné l'hymne national pour insister sur le patriotisme de leur démarche, que le gouvernement avait tenté de discréditer en amont.

Jamais l'Ile Maurice n'avait connu tel rassemblement depuis le meeting qui a succédé à la victoire de l'opposition aux législatives de 1982. "Lune des choses qui lient les gens entre-eux, c'est la mer", a déclaré l'écrivain local Khalil Cassimall pour justifier la marée humaine ce samedi.

L'archipel de l'océan Indien, avec ses 1,3 million d'habitants, dépend de ses eaux pour sa sécurité alimentaire, basée sur la pêche, et pour l'écotourisme, dans une zone qui compte parmi les plus beaux récifs coralliens du monde.