DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Journée internationale de l'alphabétisation : aux temps du Covid, les adultes en première ligne

Literacy class in Pakistan
Literacy class in Pakistan   -   Tous droits réservés  B.K. Bangash/AP
Taille du texte Aa Aa

C'est une Journée internationale qui a encore de « beaux » jours devant elle : la Journée de l'alphabétisation.

Chaque année, ce 8 septembre est l'occasion de faire le point sur les progrès de l'apprentissage de la lecture et de l'écriture à travers le monde, mais cette année, ces progrès ont subi un contre-coup dû au Covid.

Analphabétisme, illétrisme : quelle différence ?

La distinction est parfois mal connue. La personne analphabète ne sait ni lire ni écrite car elle n'a pas eu accès au système scolaire. La personne illettrée a été scolarisée, mais pas assez longtemps ou a perdu ses acquis et peine à lire un texte simple.

Pour autant, les chiffres de l'Unesco recoupent ces deux réalités. L'Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture estime ainsi que 773 millions d'adultes et de jeunes à travers le monde ne possèdent pas les savoirs de base en lecture et écriture(dont deux tiers de femmes) et que plus de 617 millions d'enfants et d'adolescents n'ont pas le niveau minimum de compétences en lecture et en mathématiques.

Des progrès enrayés par la pandémie

Au cours des dernières décennies, des progrès ont pourtant été accomplis. Mais la pandémie de Covid-19 menace de les compromettre. Durant la période de confinement, l'éducation de 91 % de la population scolaire mondiale a connu un coup d'arrêt et cette rentrée est placée sous le signe de l'incertitude. Mais les adultes sont peut-être plus encore les laissés-pour-compte de cette crise.

UIL
David Atchoarena, directeur de l’institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vieUIL

« Plus de 90 % des 49 programmes d'alphabétisation des adultes qui ont répondu à une enquête de l'UNESCO en août dernier ont indiqué que ces programmes avaient été partiellement ou totalement suspendus, explique David Atchoarena, directeur de l'Institut de l'UNESCO pour l'apprentissage tout au long de la vie. Le manque de connectivité, de formation des éducateurs et de volonté de passer à un nouveau modèle de prestation a rendu difficile l'adaptation à la crise et la poursuite de l'alphabétisation pendant cette pandémie. »

L'éducation des adultes est depuis longtemps la variable d'ajustement des gouvernements et souffre d'un sous-financement chronique. Mais avec la crise sanitaire, la situation s'aggrave.

« 60 % des gouvernements du monde entier allouent moins de 4 % de leur budget à l'apprentissage et à l'éducation des adultes, dont l'alphabétisation fait partie, explique David Atchoarena_. Dans ces circonstances, on prévoit que la crise de Covid-19 entravera l'alphabétisation au niveau mondial pendant les années à venir, avec des effets durables sur les progrès de l'alphabétisation des jeunes et des adultes. »_

Niranjan Shrestha/AP
Cours d'alphabétisation de femmes au NépalNiranjan Shrestha/AP

Une fracture numérique qui accroît les inégalités face à l'alphabétisation

Le chiffre est évocateur : en 2019, 46 % de la population mondiale n'avait pas accès à Internet, avec là aussi un écart hommes-femmes (48 % d'utilisation chez les femmes contre 58 % chez les hommes). Or les solutions mises en place pour maintenir l'apprentissage passent essentiellement par les cours virtuels et la diffusion de contenus pédagogiques sous forme dématérialisée. Et pour de très nombreux adultes, le fossé se creuse.

« En Europe, 43 % des adultes n'ont pas de compétences numériques de base, ce qui a été identifié comme un obstacle à la participation à l'apprentissage ouvert et à distance, confirmeDavid Atchoarena_. Alors que de nombreux services essentiels, notamment l'apprentissage, les soins de santé, les services sociaux, ainsi que les annonces gouvernementales, sont passés en ligne en raison des mesures de distanciation sociale, il est essentiel que les adultes acquièrent une culture médiatique et informationnelle critique au-delà des compétences numériques de base, afin d'éviter d'être victimes de désinformation notamment. »_

Balint Szlanko/AP
Étudiant en UkraineBalint Szlanko/AP

L'Institut de l'UNESCO pour l'apprentissage tout au long de la vie a proposé des outils pour tenter d'atténuer le fossé numérique dans la situation actuelle de pandémie, notamment faire l'inventaire du matériel existant et des médias disponibles pouvant atteindre la grande majorité des apprenants, tels que la radio, la télévision et le téléphone ; assurer une formation à la culture numérique, en particulier pour les personnes âgées ; et adopter un partenariat public-privé pour fournir un accès gratuit ou abordable à Internet et aux appareils à des fins éducatives.

Un objectif de développement durable compromis

« Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » : c'est l'objectif de développement durable N° 4 des Nation Unies. Et l'échéance est fixée à 2030, une gageure.

Esteban Felix/AP
Cours d'alphabétisation au NicaraguaEsteban Felix/AP

« 20 pays dans le monde ont un taux d'alphabétisation des adultes inférieur à 50 %, résume David Atchoarena. Des pays tels que l'Afghanistan, le Burkina Faso, le Niger et le Sud-Soudan en font partie. La majorité des pays ayant un faible taux d'alphabétisation se trouvent en Afrique subsaharienne. En outre, les pays dits E9 – les neuf pays les plus peuplés – requièrent une attention particulière de notre part car ils abritent le plus grand nombre de jeunes et d'adultes analphabètes. C'est pourquoi nous avons lancé l'Alliance mondiale pour l'alphabétisation dans le cadre de l'éducation et de la formation tout au long de la vie, en collaboration avec ces 29 pays, afin de prendre des mesures décisives en matière d'élaboration de politiques et de renforcement des capacités, de manière à réaliser l'alphabétisation pour tous. »

Pour faire avancer l'objectif de développement durable, l'UNESCO en appelle plus largement à l'implication de ses 193 pays membres, et rappelle que l'alphabétisation est déterminante dans l'autonomisation des personnes.