This content is not available in your region

Présidentielle US : tout comprendre au vote par correspondance et son impact sur le vote

Access to the comments Discussion
Par Guillaume Petit
euronews_icons_loading
Présidentielle américaine : quel impact le vote par correspondance peut-il avoir sur le vote ?
Présidentielle américaine : quel impact le vote par correspondance peut-il avoir sur le vote ?   -   Tous droits réservés  Euronews

Il reste tout juste huit semaines avant l’élection américaine qui déterminera l’avenir politique des États-Unis pour les quatre prochaines années. Mais les résultats seront-ils donnés comme escompté le soir du 3 novembre ? Un paramètre rend cette élection atypique et plus incertaine que d’autres : le coronavirus, et l’usage massif du vote par correspondance. Cible des critiques de Donald Trump, il a commencé vendredi dernier en Caroline du nord. Comment fonctionne-t-il ? Quel impact peut-il avoir sur le scrutin ? Comporte-t-il autant de risques de fraudes, comme l'avance le président américain ? Euronews décrypte.

Comment fonctionne le vote par correspondance ?

Concrètement les bulletins sont envoyés au domicile puis renvoyés par la Poste par les électeurs. La pratique n’est pas nouvelle, elle existe même depuis des décennies mais n’est pas autorisée par tous les États pour tous.

Quarante-cinq l’autorisent à cause du Covid-19 ou l'autorisaient déjà, dont la Pennsylvanie et la Floride, deux Etats très contestés, que Donald Trump avait gagné de justesse en 2016 mais qu’il pourrait perdre.

Seuls une poignée d’Etats imposent certains critères, comme le fait d’être malade et de ne pas être en capacité de se déplacer, comme le Texas, l’Indiana et la Caroline du Sud.

Certains Etat ont assoupli les règles à cause du coronavirus. En tout, selon le New York Times, 76% des électeurs sont autorisés cette année à voter de chez eux.

Des demandes de vote par correspondance en hausse, les risques aussi ?

Dans l’Illinois, plus d’un million de demandes de vote par correspondance ont été effectuées, c’est bien plus que lors de la présidentielle de 2016. Et les chiffres sont également en hausse dans beaucoup d’autres États.

Mais le service postal américain a récemment prévenu quarante-six Etats qu'il ne pouvait garantir que tous les bulletins de vote envoyés par la Poste arrivent à temps le 3 novembre pour être comptabilisés.

Certains États demandent à ce que les bulletins soit renvoyés avant le 3 novembre pour être reçu le jour d’avant dernier délai, quand d’autres offrent la possibilité de le renvoyer pour le jour même, avec les incertitudes que cela comporte.

Lors des primaires cette année, un demi-million de bulletins ont été rejetés, soit parce que la signature apposée sur le bulletin ne concordait pas avec celle enregistrée dans les fichiers de l’administration américaine, soit parce que ces bulletins sont arrivés en retard.

Y-a-t-il des risques de fraude comme l'avance Donald Trump ?

Mais Donald Trump, lui, va même plus loin et affirme qu’il y aurait des risques de fraude. Pour ses détracteurs, le président américain joue la stratégie de la terre brûlée, car les cas de fraude resteraient rares. Mais certains experts avancent que le vote par correspondance accroît les risques, comme le rapporte le New York Times.

Le vote par correspondance divise donc les démocrates et républicains. Ce qui nous amène à la question : à qui profite-t-il ? Dans l’imaginaire, et c’est une idée relayée par Donald Trump, il bénéficierait aux démocrates, car ce sont les plus riches et les plus âgés qui se rendent aux urnes, quand les minorités voteraient davantage si le vote par correspondance était autorisé.

Parmi les Etats où plus de la moitié des électeurs inscrits ont voté par correspondance, 4 États ont été remportés par les démocrates et 3 par les Républicains.

Le vote par correspondance favorise-t-il un parti en particulier ?

Mais plusieurs études nuancent voire invalident cette idée. C’est le cas d’une étude de l’Université de Standford, qui montre que le vote par correspondance augmente sensiblement les taux de participation, mais ne favorise pas particulièrement l’un des deux camps.

Une étude portant les primaires en Floride a même montré que les bulletins rejetés étaient plutôt ceux d’électeurs issus des minorités, jeunes, qui voteraient plutôt démocrate. Les plus jeunes seraient aussi ceux qui ont le plus tendance à ne pas avoir actualiser leurs adresses, les empêchant de voter par correspondance.

Le vote par correspondance divise donc les démocrates et républicains. Donald Trump ne cesse de semer le doute sur la validité du scrutin, dans un contexte de fortes tensions qui pourrait peser sur la légitimité de l'élection.