DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Boris Johnson fait volte-face sur un point sensible du Brexit

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Boris Johnson fait volte-face sur un point sensible du Brexit
Tous droits réservés  Kirsty Wigglesworth/AP
Taille du texte Aa Aa

Boris Johnson revient sur l'accord du Brexit. Avec un nouveau projet de loi, qui, le gouvernement britannique le reconnaît lui même, viole le droit international. Il est destiné à garantir aux entreprises la possibilité de commercer sans entraves dans toutes les régions du pays après le Brexit. Pour ses détracteurs, le projet de loi pourrait entraîner de nouveaux contrôles aux frontières en Irlande et saper le processus de paix dans ce pays.

"Mon travail consiste à défendre l'intégrité du Royaume-Uni, a déclaré le Premier ministre britannique, mais aussi à protéger le processus de paix en Irlande du Nord et l'accord du Vendredi Saint. Pour ce faire, nous avons besoin d'un filet de sécurité juridique pour protéger notre pays contre les interprétations extrêmes ou irrationnelles du protocole qui pourraient conduire à une frontière en mer d'Irlande d'une manière qui, selon moi, et selon les députés de l'Assemblée, serait préjudiciable aux intérêts de l'accord du Vendredi Saint".

Cette décision a provoqué la fureur des partis d'opposition. Selon les nationalistes écossais le projet de loi permet également à Londres de reprendre certains pouvoirs au parlement décentralisé d'Édimbourg.

"Cette législation enfreint le droit international, s'est exclamé au Parlement Ian Blackford, député du Parti national écossais. Mais elle enfreint également le droit national. Le Premier ministre et ses amis, une bande de voyous, sont en train de créer un État voyou, un État où l'État de droit ne s'applique pas. Pourquoi le Premier ministre pense-t-il que lui et ses amis sont au-dessus de la loi ?"

Selon l'accord durement arraché avec l'UE, l'Irlande du Nord peut rester dans le marché unique européen, sans contrôle des marchandises à la frontière. Toute tentative de modifier cela anéantirait probablement tout espoir de conclure un accord commercial permanent avec l'UE.