DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La diplomatie du Covid : rencontre entre les présidents allemand et italien

euronews_icons_loading
Le président allemand reçu à Milan par son homologue italien le 17 septembre 2020.
Le président allemand reçu à Milan par son homologue italien le 17 septembre 2020.   -   Tous droits réservés  Photo : Luca Bruno/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le président italien Sergio Mattarella a reçu son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier ce jeudi à Milan.

La capitale lombarde a été choisie pour symboliser les liens renforcés entre les deux pays depuis la crise du coronavirus. En pleine pandémie, un pont aérien avait notamment permis à 44 malades italiens d'être soignés en Allemagne.

"Cette visite n'est pas une coïncidence et j'espère qu'elle sera perçue comme un signe de sympathie vis-à-vis de la souffrance des gens notamment ici en Lombardie, et que nous avons remarquée en Allemagne", a déclaré Frank-Walter Steinmeier.

Cette visite est aussi pour l'Italie l'occasion de remercier officiellement Berlin pour son soutien apporté à travers la mise en place du plan de relance européen post Covid-19. L'Italie durement éprouvée par la pandémie est en effet la principale bénéficiaire de ce plan adopté par l’Union européenne cet été.

"Nous nous souvenons tous de l'initiative de Berlin et de Paris pour donner vie à ce qui est devenu le Fonds de relance, avec l'aide de l'Italie, de l'Espagne et d'autres pays pour surmonter la lenteur, la résistance et les retards", a pour sa part souligné Sergio Mattarella.

"Après avoir rencontré le président allemand, Sergio Mattarella se rendra à Paris où il rencontrera son homologue français, indique notre correspondante Elena Cavallone. Cette initiative diplomatique vise à renforcer les liens avec les pays promoteurs du Fonds européen de relance, dont l'Italie est la principale bénéficiaire. Berlin et Paris sont de précieux alliés et Rome veut également les rassurer sur la mise en œuvre des réformes structurelles demandées par les partenaires européens".