DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid : "grande inquiétude" en Roumanie

euronews_icons_loading
Covid : "grande inquiétude" en Roumanie
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

La Roumanie fait partie des sept pays de l'UE pour lesquels l'agence européenne chargée de surveiller les épidémies a fait part de sa "grande inquiétude".

En Roumanie, les mesures de distanciation sociale sont en place, mais le masque n'est obligatoire que dans les espaces clos. A l'intérieur les rassemblements de plus de 50 personnes sont interdits.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), l'inquiétude vient d"une proportion plus élevée de cas graves ou d'hospitalisations", et d'une hausse de la mortalité. Dans les hôpitaux, la moitié des services de soins intensifs sont déjà pleins.

"Je crains une hausse des cas et d'atteindre les limites supportables pour notre service. Le système de santé ne serait pas en mesure de venir en aide à tous les patients, notamment ceux qui non pas le covid" explique le Dr Beatrice Mahler, de l'institut de pneumologie "Marius Nasta".

Pas assez de dépistage

Les professionnels de la santé plaident pour une campagne massive de dépistage, qui n'est pas encore à l'ordre du jour en Roumanie. Seuls les patients présentant les symptômes de la maladie sont testés. Leurs contacts sont simplement isolés chez eux. Environ 25 000 tests sont réalisés quotidiennement.

"Il est important d'être prêt à combattre cette augmentation, pas forcément avec des confinements généralisés, mais avec des confinements ciblés là où la transmission est intense. Et il est aussi important d'augmenter les capacités de dépistage, de pouvoir tester tous les contacts d'une personne infectée, et d'isoler les malades", rappelle le professeur Alexand ru Rafila, représentant de l'OMS en Roumanie.

Selon les experts, la propagation du virus ne semble pas être saisonnière et la diminution du nombre de cas est principalement due aux mesures de confinement qui ne peuvent plus être maintenues en place.

"Certaines écoles ont débuté mi-septembre en suivant le scénario du pire, c'est à dire avec des cours uniquement à distance, alors que certains professeurs étaient infectés par le coronavirus. Mais l'endroit ne va pas rester vide longtemps, car ce dimanche les Roumains sont appelés à voter pour des élections locales. Les écoles serviront de bureaux de vote. Les autorités affirment que toutes les mesures sanitaires ont été prises pour prévenir une propagation du coronavirus", nous dit notre correspondante à Bucarest, Mari Jeanne Ion.