DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : l'OMS redoute deux millions de morts

euronews_icons_loading
A l'Assemblée générale annuelle des Nations Unies, l'Amérique latine et l'Australie ont réclamé un accès libre aux futurs vaccins
A l'Assemblée générale annuelle des Nations Unies, l'Amérique latine et l'Australie ont réclamé un accès libre aux futurs vaccins   -   Tous droits réservés  Photo : Ng Han Guan/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

L'Organisation mondiale de la santé redoute désormais que la pandémie de Covid-19 ne fasse deux millions de morts si le monde ne se mobilise pas fortement, et les appels se multiplient pour partager équitablement de futurs vaccins.

La pandémie a déjà fait officiellement près d'un million de morts. Interrogé à Genève sur la possibilité que le bilan final du Covid-19 atteigne deux millions de morts, un responsable de l'OMS a jugé l'hypothèse plausible.

"Si nous ne faisons pas tout ce qui est possible, le nombre dont vous parlez n'est pas seulement envisageable mais malheureusement très probable", a estimé Michael Ryan, directeur des Situations d'urgence de l'OMS.

Pour tenter d'éviter cela, une course effrénée au vaccin a été lancée : il s'agit à la fois de mettre au point cette arme anti-coronavirus et pour chaque pays de s'assurer que sa population pourra disposer de doses suffisantes.

A l'Assemblée générale annuelle des Nations Unies, l'Amérique latine et l'Australie ont réclamé un accès libre aux futurs vaccins, alors que les États-Unis, l'Europe et le Japon ont déjà réservé plus de la moitié des doses qui seraient disponibles dans un premier temps.

"Quiconque trouve un vaccin doit le partager... c'est une responsabilité mondiale et une responsabilité morale", a affirmé vendredi le Premier australien Scott Morrison. Le monde "jugera très, très sévèrement" ceux qui chercheront à tirer de cette crise "un avantage à court terme ou un profit", a-t-il averti.

L'Inde, le plus grand fabriquant de vaccins au monde, utilisera ses ressources dans la lutte contre la pandémie "pour toute l'humanité", a promis samedi son Premier ministre Narendra Modi, devant l'ONU.

"La production de vaccins de l'Inde et ses capacités de livraison seront utilisées pour aider toute l'humanité à combattre cette crise", a déclaré Narendra Modi, ajoutant que son pays aiderait aussi les pays "à améliorer leur chaîne du froid et leurs capacités de stockage".

Accélération en Europe

Pour l'heure, la pandémie continue de progresser.

Au total dans le monde, on a recensé officiellement 993 438 morts depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP samedi à 11h00.

C'est en Europe que l'accélération a été la plus forte (+22% par rapport à la semaine précédente).

Aux Etats-Unis, le pays le plus lourdement touché, l'épidémie stagne, mais à un niveau élevé : le nombre des contaminations a dépassé vendredi les 7 millions et plus de 203 500 personnes sont mortes du Covid-19 depuis février.

En Espagne, la région de Madrid s'apprête à étendre à de nouvelles zones les restrictions déjà en vigueur. A partir de lundi, 167 000 habitants supplémentaires - soit un peu plus d'un million de personnes - ne pourront sortir de leur quartier que pour des raisons précises : aller travailler, se rendre chez le médecin ou emmener leurs enfants à l'école.

Au Royaume-Uni, près de la moitié du Pays de Galles va faire l'objet d'un confinement local. Le ministre gallois de la Santé, Vaughan Getting, a annoncé qu'à partir de 18h00 dimanche il serait interdit d'entrer dans les villes de Cardiff et de Swansea ou d'en sortir sans une raison valable, professionnelle ou scolaire par exemple. Les mêmes dispositions entreront en vigueur samedi à Llanelli.

Colère à Marseille

A Marseille, la deuxième ville de France, responsables politiques, entrepreneurs et commerçants sont descendus dans la rue vendredi pour protester contre la fermeture totale des bars et des restaurants décidée par le gouvernement.

La métropole de Marseille-Aix est désormais classée "zone d'alerte maximale". Onze autres agglomérations, dont Paris, ont été placées par le gouvernement en "zone d'alerte renforcée", avec entre autres mesures la fermeture des bars à 22 heures.

La mairie de Moscou, confrontée à un nouvel essor des contaminations, a demandé vendredi aux habitants âgés de la capitale russe de se confiner et a appelé les entreprises de privilégier le télétravail.

En Birmanie, pays relativement épargné jusque présent et où le système de santé est l'un des plus précaires au monde, 6 000 personnes étaient placées en quarantaine à Rangoun et samedi, les médias officiels ont rapporté que sept nouveaux centres avaient été construits pour isoler 1 000 autres personnes.

En Israël, le gouvernement a annoncé vendredi de nouvelles restrictions sur les vols internationaux.

A l'inverse, le Pérou rouvrira le 5 octobre ses frontières aériennes à un certain nombre de pays, après sept mois de fermeture.

Et en Chine, la foule se pressait samedi au grand salon automobile de Pékin - le seul événement international du secteur cette année - au moment où les constructeurs automobiles cherchent de nouveau à attirer les clients malgré la pandémie.