DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Positif au Covid-19, Trump confiné à la Maison Blanche avec des "symptômes légers"

euronews_icons_loading
Positif au Covid-19, Trump confiné à la Maison Blanche avec des "symptômes légers"
Tous droits réservés  Patrick Semansky/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

A 32 jours de l'élection présidentielle, coup de tonnerre aux Etats-Unis : Donald Trump, testé positif au Covid-19, présentait vendredi des "symptômes légers" et s'est vu contraint de suspendre sa campagne alors même qu'il était déjà en difficulté face au démocrate Joe Biden.

Le président de la première puissance mondiale, qui n'a cessé de minimiser la pandémie et a multiplié les meetings souvent au mépris des précautions sanitaires, a lui-même annoncé ce nouveau rebondissement dans une campagne tendue à l'extrême.

"Ce soir, la Première dame et moi-même avons été testés positifs au Covid-19", a écrit dans la nuit de jeudi à vendredi le milliardaire républicain, 74 ans, dans un tweet qui a rapidement battu des records de "likes". Il a précisé que Melania Trump et lui entraient en "quarantaine" pour surmonter le coronavirus, qui a fait plus de 207 000 morts aux Etats-Unis, pays le plus endeuillé au monde.

Le 45e président des Etats-Unis reste aux commandes du pays depuis la Maison Blanche, a tenu à rassurer son entourage, qui a toutefois dû annuler un rassemblement en Floride prévu vendredi.

Donald Trump est très critiqué pour sa gestion de l'épidémie, par ses adversaires mais aussi par des scientifiques et certains élus de son propre camp.

Dans un tweet publié avant cette annonce, Joe Biden accusait une fois de plus le président-candidat de vouloir "faire tout ce qu'il peut pour détourner l'attention" car "à cause de sa réaction calamiteuse au Covid-19, plus de 200 000 Américains sont morts, 26 millions sont au chômage et une petite entreprise sur six risque de fermer définitivement".

L'ancien vice-président a fait savoir qu'il maintenait son déplacement prévu vendredi dans le Michigan, un autre Etat très disputé, remporté en 2016 par Donal Trump.

Donald Trump est accusé d'avoir manqué de compassion face aux victimes du virus et d'avoir envoyé des signaux contradictoires sur sa gravité, sur les traitements potentiels et sur le port du masque, qu'il n'a finalement recommandé que du bout des lèvres et qu'il n'endosse qu'avec parcimonie après s'y être longtemps refusé.

Une très large majorité d'Américains jugent sévèrement son action sur ce front, ce qui pèse sur ses chances de réélection.

De nombreux dirigeants mondiaux ont exprimé leurs voeux de "prompt rétablissement" à Donald Trump et son épouse. Parmi eux, le Premier ministre britannique Boris Johnson, lui-même atteint de façon grave il y a quelques mois, la dirigeante allemande Angela Merkel, qui leur souhaite d'être bientôt "complètement rétablis", ou encore le Premier ministre indien Narendra Modi.

"Je suis convaincu que votre vitalité naturelle, votre vigueur d'âme et votre optimisme vous aideront à vaincre ce dangereux virus", lui a écrit, plus emphatique, son homologue russe Vladimir Poutine.

Enfin le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus, accusé par le président américain d'avoir mal géré la pandémie, lui a également adressé ses "meilleurs voeux de complet et prompt rétablissement".