DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Avertissement de l’Union européenne à propos de Chypre

euronews_icons_loading
Avertissement de l’Union européenne à propos de Chypre
Tous droits réservés  YVES HERMAN/AP PHOTO
Taille du texte Aa Aa

L'annonce de la réouverture de Varosha à Chypre provoque de nouvelles tensions politiques. La mesure a été annoncée par président turc et le "Premier ministre" de l'autoproclamée République turque de Chypre-Nord.

La station balnéaire de Varosha appartient à l'agglomération de Famagouste. La zone a été clôturée par les militaires turcs lors de l'invasion de l'île en 1974. Une résolution de l'ONU de 1984 demande le transfert de la ville aux Nations Unies. Il interdit aussi toute tentative d'installation à l'exception de ceux qui ont dû fuir les lieux.

Le chef de la diplomatie européenne ne cache pas ses inquiétudes après cette annonce. Pour Josep Borrell cette décision risque de renforcer les fractures déjà profondes et rendre plus difficile encore les efforts de résolution. "La balle est dans le camp de la Turquie de montrer si elle est véritablement intéressée par un dialogue constructif", insiste Peter Stano. Le porte-parole de la Commission européenne ajoute que faute de signaux positifs l’UE est prête à envisager toutes les options possibles avec Ankara.

Les 27 ont donné jusqu'au mois de décembre pour une désescalade des tensions en Méditerranée orientale. Pour ce faire la Turquie doit retirer son navire de forage présent dans la zone économique exclusive chypriote. Cette décision concernant Varosha est considérée comme un message du président turc avant le début de pourparlers sous l'égide de l'ONU.

Pour certains responsables polititques, Ankara s'implique tout simplement dans la campagne "présidentielle" en cours dans le nord de l'île. "En plus du fait qu'il n’est pas acceptable que la Turquie intervienne dans la campagne électorale, c'est une violation inacceptable de la résolution de l'ONU", explique l’eurodéputé Niyazi Kizilyurek (GUE).

La République de Chypre se tourne déjà vers le Conseil de sécurité des Nations Unies. Le président chypriote compte informer ses homologues de l'UE dès la semaine prochaine lors du sommet européen prévu à Bruxelles.