DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Fatima, un pèlerinage à bonne distance, coronavirus oblige

euronews_icons_loading
A Fatima, un pèlerinage à bonne distance, coronavirus oblige
Tous droits réservés  Armando Franca/Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le coronavirus n'a pas empêché des milliers de pèlerins de se rassembler sur la vaste esplanade du sanctuaire catholique de Fatima, dans le centre du Portugal.

Cierge à la main et masque sur le visage, 4000 personnes ont suivi l'homélie de l'évêque de Setubal. Les organisateurs avaient tout prévu : des cercles peints sur le sol à intervalles réguliers pour éviter toute contamination et garantir le respect des gestes barrières.

Debout, à genoux ou assis sur des tabourets pliants, ils ont tout de même occupé seuls, en couple ou par petits groupes de trois, la quasi totalité de l'enceinte à ciel ouvert qui, en temps normal, peut accueillir jusqu'à 300 000 personnes.

En mai, pour le premier pèlerinage de l'année, le sanctuaire avait dû rester fermé aux pèlerins, et seule une trentaine de ses employés avait pu assister à une cérémonie religieuse réduite au strict minimum.

Puis, suite à la levée des restrictions sanitaires imposées au printemps, les fidèles avaient afflué en masse pour le pèlerinage du 13 septembre, rendant impossible le respect de la distanciation sociale et obligeant le sanctuaire à fermer ses portes.

Ricardo Cunha, un Portugais de 27 ans, a fait son pèlerinage à pied et en solitaire, alors que d'habitude il fait le déplacement en mai avec un groupe d'amis. "Cette année c'est un pèlerinage plus troublant, mais au moins les conditions de sécurité sont garanties", a-t-il témoigné.

L'an dernier, quelque 6,3 millions de pèlerins et touristes avaient visité le sanctuaire situé à 130 kilomètres au nord de Lisbonne, qui figure parmi les sites mariaux les plus fréquentés au monde à l'instar de Lourdes en France.

Selon la tradition catholique, la Vierge Marie serait apparue près du village de Fatima à trois jeunes bergers à six reprises au cours de l'année 1917.