EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Airbus-Boeing : l'OMC donne à l'UE le feu vert pour surtaxer à son tour les importations américaines

Airbus-Boeing : l'OMC donne à l'UE le feu vert pour surtaxer à son tour les importations américaines
Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un an après l'avoir sanctionnée pour son soutien à Airbus, l'OMC a autorisé mardi l'Union européenne à prendre des mesures de rétorsion contre Washington pour ses aides à Boeing, un rebondissement de plus dans un feuilleton commercial vieux de 16 ans.

PUBLICITÉ

Un an après avoir autorisé Washington à sanctionner les Européens pour leurs aides à Airbus, l'OMC donne le feu vert à l'Union européenne pour répliquer à son tour aux aides dont Boeing a bénéficié. L'UE appelle à trouver un "accord négocié".

Octobre 2019 : l'Organisation mondiale du commerce sanctionnait l'Union européenne pour ses aides à Airbus, avec à la clé pour les États-Unis, des taxes douanières sur les importations européennes à hauteur de 7,5 milliards de dollars.

13 octobre 2020 : l'Organisation mondiale du commerce autorise l'UE à prendre à son tour des mesures de rétorsion contre Washington pour ses aides à Boeing. Les Européens reçoivent ainsi le feu vert pour surtaxer les importations américaines à hauteur de 4 milliards de dollars.

C'est le nouveau rebondissement dans la guerre commerciale que se livrent Airbus et Boeing depuis déjà 15 ans par l'intermédiaire de Bruxelles et Washington. Au cœur de ce différent : les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales de part et d'autre.

Mais ce conflit dépasse désormais les deux avionneurs. Car en 2019, ce sont les vins français et espagnol, mais aussi l’huile d’olive espagnole ou encore le whisky écossais qui ont été visés par les taxes douanières américaines. Des taxes douanières de 10% sur les avions Airbus ont été relevées en mars à 15%.

Dans la perspective de sanctions, l'Europe a dressé une liste de produits qui pourraient être taxés. Avant de les imposer, elle doit en faire la demande à l'occasion de la prochaine réunion de l'Organe de règlement des différends le 26 octobre.

Pourraient ainsi être visés les avions de ligne produits aux Etats-Unis, les tracteurs, mais aussi la patate douce, le tabac, le ketchup ou encore le saumon du Pacifique.

"Négociation" ?

Mais les Européens iront-ils jusqu'au bout ? L'UE a réagi en appelant à "un accord négocié" avec les Etats-Unis. "J'ai exprimé clairement ma forte préférence pour un accord négocié avec les Etats-Unis, évitant des mesures et contre-mesures (de sanctions) douloureuses", a déclaré le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis dans un communiqué.

Même son de cloche à Washington, où le représentant américain au commerce (USTR), Robert Lighthizer, a assuré que les Etats-Unis étaient "déterminés à trouver une solution" pour restaurer une "juste concurrence" et étaient dans l'attente d'une réponse de Bruxelles à une récente proposition américaine. 

Côté américain, la perspective du retour en vol du Boeing 737 MAX, interdit de vol depuis deux accidents qui ont fait 346 morts, pourrait constituer une incitation supplémentaire à négocier.

"Tant que les Etats-Unis ne retireront pas leurs barrières douanières, nous appliquerons ces mesures très prochainement", a pour sa part assuré Franck Riester, le ministre français délégué au Commerce extérieur.

Video editor • Guillaume Petit

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Assurer une concurrence équitable" : ouverture du G7 Commerce en Calabre

La Pologne et la Chine inaugurent leur première liaison ferroviaire commerciale

La Turquie suspend tous ses échanges commerciaux avec Israël en attente d'un cessez-le-feu à Gaza