DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Financement libyen : l'ex-président français Sarkozy mis en examen pour "association de malfaiteurs"

euronews_icons_loading
Nicolas Sarkozy lors du 101ème anniversaire de l'armistice de 1918, à Paris, le 11 novembre 2019
Nicolas Sarkozy lors du 101ème anniversaire de l'armistice de 1918, à Paris, le 11 novembre 2019   -   Tous droits réservés  Ludovic Marin/AP
Taille du texte Aa Aa

Une nouvelle étape importante est franchie dans l'enquête sur des soupçons de financement par le régime libyen du colonel Kadhafi de la campagne présidentielle de 2007 en France. L'ancien président Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "association de malfaiteurs" à l'issue de quatre jours d'audition au Parquet national financier.

Nicolas Sarkozy a rapidement réagi sur Facebook, en affirmant notamment "mon innocence est à nouveau bafouée par une décision qui ne rapporte pas la moindre preuve d'un quelconque financement illicite", et en ajoutant que "je finirai par prouver ma parfaite innocence."

J’ai appris cette nouvelle mise en examen avec la plus grande stupéfaction. Voici donc franchie une nouvelle étape dans...

Publiée par Nicolas Sarkozy sur Vendredi 16 octobre 2020

Retour sur les faits présumés

En 2011, sur euronews, Saïf Al-Islam Kadhafi, le fils de Mouammar Kadhafi avait affirmé que le régime libyen avait financé la campagne de l'ex-président français.

Puis en 2012, Mediapart avait publié dans l'entre-deux tours de la présidentielle, un document censé prouver que la campagne victorieuse de Nicolas Sarkozy avait été financée par le régime de Mouammar Kadhafi. L'enquête avait été ouverte par la suite.

Témoignages de dignitaires libyens, notes des services secrets de Tripoli, accusations d'un intermédiaire... En sept ans de travail, les magistrats ont réuni une somme d'indices troublants qui ont donné corps à la thèse selon laquelle la campagne de M. Sarkozy avait été financée par le régime de Mouammar Kadhafi.

Toutefois, aucune preuve matérielle indiscutable n'a pour l'heure été trouvée, même si des mouvements de fonds suspects ont conduit à neuf mises en examen à ce jour.