DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

2ème vague de Covid-19 : la Suède persiste dans sa stratégie, et même assouplit les contraintes

Un bus bondé dans la ville d'Uppsala, en Suède, le 21 octobre 2020
Un bus bondé dans la ville d'Uppsala, en Suède, le 21 octobre 2020   -   Tous droits réservés  Claudio Bresciani/AP
Taille du texte Aa Aa

Les Suédois n'ont pas peur !... en tout cas en apparence. Peu importe le danger que représente la deuxième vague de coronavirus, qui déstabilise le reste de l'Europe, les autorités nordiques assument parfaitement la stratégie très particulière qu'elles suivent depuis que la pandémie a débarqué sur leurs côtes. Et même, à la surprise générale des autres pays, elles assouplissent les quelques restrictions mises en place, y compris pour les personnes âgées, les plus à risque.

Une stratégie mise à mal par un taux de mortalité très élevé

Pourtant, la Suède avait déchanté au cours de la première vague en se retrouvant avec l'un des taux de mortalité les plus élevés sur le continent européen. Et comme ailleurs, la contamination repart : le nombre de cas par jour ne cesse d'augmenter depuis la mi-septembre, 1 614 nouvelles infections ont été relevées hier ; c'est le bilan le plus important depuis le mois de juin.

Cela ne fait rien, les habitants poursuivent leur train-train quotidien, ils ne portent toujours aucun masque dans les rues comme à l'intérieur des lieux publics et commerces. Il faut dire que les scientifiques suédois s'accordent à penser que le masque est peu efficace et aucune recommandation n'est donnée à ce sujet. Quant aux bars et restaurants, c'est simple, ils n'ont jamais fermé. A Stockholm, la capitale, comme dans toutes les autres villes, les établissements sont régulièrement bondés, tout comme les bus et les tramways.

Andres Kudacki/AP
Archives : en pleine première vague de Covid-19, la bonne humeur dans un restaurant de Stockholm, en Suède, le 4 avril 2020Andres Kudacki/AP

Les personnes de plus de 70 ans libres... à leur risque

Hier, le gouvernement a subitement redonné leur liberté aux personnes de plus de 70 ans, en prenant forcément un grand risque. Alors qu'il leur était demandé de rester chez elles depuis le début de la montée en puissance de la maladie de Covid-19 en début d'année, voilà qu'elles peuvent sortir comme elles le veulent.

Encore plus étonnant, l'interdiction de rendre visite aux résidents des maisons de retraite, notamment des Ehpad, qui avait été maintenue pour les protéger, a été levée au moment même où la pandémie repasse à l'attaque. Enfin, l'exécutif a monté d'un cran le nombre de personnes qui peuvent assister à des événements culturels et des rencontres sportives, 300 soit plus qu'avant.

Le confinement n'est "pas à suivre", selon l'Agence de santé

Johan Carlson, le directeur de l'Agence suédoise de santé publique, n'a qu'un seul argument :

Il s'agit de créer une situation où l'on peut vivre sa vie de manière assez normale compte tenu des restrictions

Ce dernier, et ses confrères, affirment carrément que les confinements, couvre-feux et autres restrictions "ne sont pas une voie à suivre".

Il n'empêche, la rentrée des étudiants au début de l'automne a clairement accéléré la deuxième vague de contaminations. Cette semaine, les autorités ont été obligées de prendre des mesures plus fermes pour tenter d'éteindre, ou tout du moins de réduire, le gros foyer épidémique qui est en train de s'étendre dans la ville universitaire d'Uppsala, située à environ 70 kilomètres de Stockholm.