EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les commerçants italiens déplorent le manque d'anticipation du gouvernement

Une affiche sur laquelle est noté "aujourd'hui, nous sommes obligés de fermer à 18 heures"  sur la porte d'un restaurant de Rome, Italie, le 28 octobre 2020
Une affiche sur laquelle est noté "aujourd'hui, nous sommes obligés de fermer à 18 heures" sur la porte d'un restaurant de Rome, Italie, le 28 octobre 2020 Tous droits réservés Andrew Medichini/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Andrew Medichini/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Obligés de fermer à 18 heures, les restaurateurs et propriétaires de bars italiens déplorent le manque d'anticipation des autorités.

PUBLICITÉ

En Italie, les secteurs de la restauration et du débit de boisson sont asphyxiés par les nouvelles mesures prises par le gouvernement. Afin de freiner la propagation du coronavirus, ces établissements doivent fermer à 18 heures. Les salles de spectacle, les cinémas et les gymnases, eux, sont déjà totalement fermés.

Que ce soit à Rome, à Milan, ou ici à Turin, restaurateurs et propriétaires de bars dénoncent le manque d'anticipation du gouvernement face à la recrudescence des contaminations. Nicolò Giacchero, propriétaire d'un bar à vin à Turin va manifester "pour la première fois" dit-il à notre journaliste.

"Rien n'a été fait en six mois en sachant qu'une deuxième vague allait arriver" déplore-t-il.

Après avoir baissé le rideau, lui et d'autres commerçants de sa ville se rejoignent pour manifester. Un moment difficile pour l'ensemble des commerces concernés, qui craignent de mettre la clé sous la porte.

"Nous avions 27 employés, nous n'en avions plus qu'une douzaine après le premier confinement. Ils sont actuellement chez eux. Pour l'instant, nous essayons de les protéger mais notre énergie s'épuise" explique Salvatore Romano, propriétaire de plusieurs bars à cocktails à Turin.

Certains d'entre eux sont conscients que cette contestation ne changera probablement pas les perspectives économiques de leurs entreprises. Mais ils estiment qu'il était essentiel de transmettre leur message aux autorités.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : d'un confinement à l'autre, la chronologie des mesures depuis mars

Le mouvement de contestation s'aggrave au Pérou, l'ex-président maintenu en prison

Covid-19 : la Chine annonce un allègement général des règles sanitaires