DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

France : d'un confinement à l'autre, la chronologie des mesures depuis mars

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
La police contrôle pendant le couvre-feu à Strasbourg en France, le 24 octobre 2020
La police contrôle pendant le couvre-feu à Strasbourg en France, le 24 octobre 2020   -   Tous droits réservés  Jean-Francois Badias, AP
Taille du texte Aa Aa

Lorsque le 31 janvier dernier, un groupe de Français rapatriés de Wuhan, épicentre de l'épidémie en Chine, est confiné pendant 14 jours à Carry-le-Rouet, les citoyens n'imaginent pas qu'ils subiront un jour le même sort, et bien plus longtemps.

Mars à mai 2020, le confinement

Le 16 mars, face au bond de l'épidémie de covid-19, Emmanuel Macron annonce un confinement total du pays. Tout est mis à l'arrêt. Le pays découvre les rues désertes, les autorisations de sortie, le télétravail, l'école à la maison, et la fraternité au balcon. La crainte d'une asphyxie des services de réanimation, déjà fortement touchés dans l'Est, motive le choix du gouvernement qui fait alors passer la santé avant l'économie.

Le 27 mars, puis le 13 avril, le Premier ministre douche les espoirs de liberté des Français et prolonge le confinement jusqu'au 11 mai.

Mai 2020 à octobre, le déconfinement

Le 11 mai sonne le glas du confinement, mais les autorités redoutent une deuxième vague à l'automne. Malgré les appels à la prudence, la tentation est grande de profiter pleinement de l'été.

Dès juillet, le port du masque est rendu obligatoire dans les lieux clos.

Puis il faut le porter dehors, d'abord imposé dans les villes touristiques.

Fin août le masque devient obligatoire aussi au travail, et le 1er septembre les entreprises sont sommées de mettre en oeuvre un nouveau protocole sanitaire.

Octobre 2020, le retour des restrictions

Face à la circulation très active du virus, le gouvernement cible la sphère privée, et annonce un couvre-feu le 14 octobre en Île-de-France et dans huit grandes métropoles françaises. La vie sociale doit s'arrêter entre 21 h et 6 h.

Une semaine plus tard, il est étendu à 38 nouveaux départements. 46 millions de Français sont privés de vie nocturne, mais le covid-19 lui ne s'endort pas.