EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Retrouver son odorat après avoir été malade du Covid-19 : un vrai défi

Morgane, ancienne malade du Covid-19, souffre d'anosmie
Morgane, ancienne malade du Covid-19, souffre d'anosmie Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Maxime Biosse Duplan
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Duc Trung Nguyen

PUBLICITÉ

Rien à faire : Morgane a presque entièrement perdu son odorat. Malade du Covid il y a trois mois, cette infirmière en réanimation à Nancy compte beaucoup sur un nouveau protocole médical.

Son nez au dessus d'une grande tasse de café, elle explique : "Je sais que c'est du café alors je sens du café. mais parfois, il est fade, comme s'il était très dilué. Et pourtant j'aime le café fort".

Morgane va donc se faire aider par une équipe de l'hôpital de Nancy pour retrouver un fonctionnement aussi normal que possible de ses cellules olfactives, brutalement abîmées par l'infection au Covid-19. Un système d'échantillons plus ou moins fort est mis en place, un protocole médicamenteux en parallèle, mais attention, il n'est pas exclu qu'une très longue rééducation s'avère nécessaire...

Duc Trung Nguyen, ORL au CHRU de Nancy-Brabois : "Pour la phase aigüe, c'est-à-dire une perte de l'odorat depuis quelques jours seulement, je propose le traitement par corticoïde per os, parfois systématique, pour réduire rapidement l'inflammation des fentes olfactives."

Si une grande partie des patients retrouvent leur odorat, pour les autres, malheureusement, en l'état actuel des connaissances sur le coronavirus et sur l'anosmie, rien ne permet de retrouver totalement ses sensations.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Danemark : l'incendie dans les bureaux du géant pharmaceutique Novo Nordisk est maîtrisé

Brésil : Jair Bolsonaro accusé d'avoir bénéficié d'un "faux" certificat de vaccin anti-Covid

Le gouvernement sud-coréen durcit le ton face à la démission massive des jeunes médecins