DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Bangladesh, Indonésie : poursuite des manifestations anti-françaises

euronews_icons_loading
Des musulmans en colère brûlent une effigie du président français, Dacca (Bangladesh), le 02/11/2020
Des musulmans en colère brûlent une effigie du président français, Dacca (Bangladesh), le 02/11/2020   -   Tous droits réservés  Mahmud Hossain Opu/MahmudHossainOpu_mahmudhossainopu@gmail.com
Taille du texte Aa Aa

Certains musulmans au Bangladesh et en Indonésie ne décolèrent pas : ils accusent toujours Emmanuel Macron de soutenir les caricatures du prophète Mahomet.

Bangladesh

Au Bangladesh, plus de 50 000 personnes ont manifesté ce lundi dans les rues de la capitale Dacca. Une mobilisation initiée par plusieurs partis islamistes, contre la France et son président Emmanuel Macron.

Les manifestants ont marché en direction de l'ambassade de France, en appelant à boycotter les produits français.

Indonésie

Autre mobilisation anti-française ce lundi : en Indonésie. Des milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Djakarta. Et comme au Bangladesh, ils ont brûlé des photos d'Emmanuel Macron.

Macron et al-Jazeera

Le président français cristallise la colère après ses propos défendant le droit à la caricature au nom de la liberté d'expression.

Il s'en est expliqué ce samedi dans une interview à la chaîne Al-Jazeera.

Ces caricatures, elles touchent à toutes les religions, toutes. Il n'y a pas de dessins spécialement destinés contre une certaine religion.
Dans la société, nous devons accepter et ménager ce respect de chacune avec chacun. Mais il ne m'appartient pas à moi, en tant que président de la République, d'amoindrir ce droit parce que certains sont choqués. Parce que, ce faisant, j'instaurerai dans mon pays, une forme d'ordre moral ou religieux.
Emmanuel Macron
Président français

Vigipirate

L'assassinat d'un enseignant par un islamiste, puis l'attentat dans une église à Nice là aussi par un islamiste, ont conduit les autorités françaises à renforcer le dispositif Vigipirate.

Cela se traduit par une protection policière ou militaire devant les écoles et les lieux de culte.