DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Hongrie : le Covid-19 sert de prétexte à un nouveau tour de vis autoritaire

euronews_icons_loading
Viktor Orban, Hungarian Prime minister
Viktor Orban, Hungarian Prime minister   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

En pleine pandémie, les Hongrois s'attendaient à des mesures de restriction sanitaires draconiennes. Ils ont eu droit, en plus, à des changements constitutionnels majeurs. Le Premier ministre Viktor Orban souhaite sanctuariser la doctrine catholique sur le mariage entre un homme et une femme et a interdit toute manifestation.

"Le Parlement nous a conféré les pouvoirs extraordinaires et nous avons pris de nouvelles dispositions, a-t-il annoncé à la télévision. Les restrictions s'appliquent à partir d'aujourd'hui. Je demande à vous tous de vous y conformer. Prenons soin les uns des autres, en particulier de nos parents, de nos grands-parents. Si nous suivons les règles et si nous restons unis, nous réussirons ensemble."

Pour le politologue Andras Biro, chercheur à l'Académie hongroise des sciences, le moment n'a pas été choisi au hasard. "Le moment est opportun car il n'y a pas d'espace pour des votes d'opposition ou pour des actions de dirigeants d'opposition dans les rues, rappelle-t-il. Il est interdit, bien sûr, de manifester en ce moment donc je pense que le timing n'est pas étonnant, d'autant que nous venons juste d'entrer dans la période de confinement."

Mesure plus controversée encore : l'opposition au mouvement Fidesz au pouvoir va être rendue plus difficile. Pour les élections législatives de 2022, les partis devront présenter des candidats dans 50 circonscriptions au moins, ce qui va compliquer la tâche des petites formations.