DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ville fantôme, Fizouli a été reconquise par les forces azerbaïdjanaises

euronews_icons_loading
Ville fantôme, Fizouli a été reconquise par les forces azerbaïdjanaises
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Lorsque les soldats azerbaïdjanais ont repris la ville de Fizouli, ils n'ont pas trouvé un seul bâtiment sur lequel hisser leur drapeau, hormis la fragile façade d'un ancien centre culturel.

Autrefois densément peuplée et prospère, Fizouli fait partie des vastes territoires autour du Haut-Karabakh, qui étaient contrôlés par les forces arméniennes. La ville a été pillée et détruite il y a 27 ans. Aujourd'hui, la nature a repris ses droits, et la cité ressemble à un décor de film apocalyptique.

Accompagnée par les forces azéries, notre équipe n'a été autorisé qu'à se déplacer sur les routes principales. En raison de la présence de mines, il est aujourd'hui dangereux d'en s'en écarter.

Arzu Shafiyeva, une ancienne habitante de Fizouli, a trouvé ce qui restait de sa maison mais elle non plus n'a pu s'approcher : "Il y a presque 30 ans, quand nous avons quitté cette maison, ce n'était pas comme ça, témoigne-t-elle. Nous n'avons rien pris. Nous avons fermé la maison à clé, pensant que nous reviendrions. Je crois qu'avec l'aide de Dieu, vous reviendrez un jour, et vous filmerez ma nouvelle maison, qui sera construite à la place."

Cette ville fantôme est un décor typique des deux côtés de la frontières - azéri et arménien . Deux camps qui ont chacun payé un prix élevé dans ce long conflit territorial.

"Avant l'occupation, Fizouli comptait 100 000 habitants, c'était une ville prospère, mais tout a été détruit. Mais l'Azerbaïdjan va transformer cette destruction en une renaissance. Nous ramènerons Fizouli à la vie, et elle sera à nouveau une ville prospère d'Azerbaïdjan", estime Hikmet Hajiyev, le chef du département des Affaires de politique étrangère de la présidence de l'Azerbaïdjan.

Des dizaines de milliers d'Azerbaïdjanais, qui considèrent cette ville comme leur foyer, sont impatients d'y revenir et de la reconstruire.