DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'accès au Haut-Karabakh sécurisé, les troupes russes se déploient au col de Lachin

euronews_icons_loading
L'accès au Haut-Karabakh sécurisé, les troupes russes se déploient au col de Lachin
Tous droits réservés  Sergei Grits/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que l'accord de cessez-le-feu que la Russie a aidé à négocier entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan offre aux deux parties une occasion de parvenir à une solution durable du conflit du Haut-Karabakh. Poutine a également déclaré que les deux pays doivent continuer à travailler à la normalisation des relations.

Entre-temps, les troupes russes se sont déployées dans la région et ont dégagé une route clé qui devrait devenir le seul accès des Arméniens à l'enclave.

Notre correspondante, Anelise Borges, a suivi l'installation de ces troupes au col de Lachin, alors que le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev est en tournée dans les territoires repris aux Arméniens.

AFP/Azerbaijani Presidential Press Office
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev en visite dans les discrits reconquis de Fuzuli et Jabrayil, 17 novembre 2020AFP/Azerbaijani Presidential Press Office
AFP / Azerbaijan's Presidency Press Office
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev posant avec sa femme devant le pont Khodaafarin, 17 novembre 2020AFP / Azerbaijan's Presidency Press Office

Les soldats russes ont donc lancé ce qui devrait devenir une mission de maintien de la paix de cinq ans dans le Haut-Karabakh et ses environs.

Nous sommes dans la ville de Lachin qui prête son nom au corridor stratégique qui deviendra bientôt le seul passage que les Arméniens pourront emprunter pour rejoindre le territoire du Haut-Karabakh. Cette zone est désormais gardée par les troupes russes et Valya Yegiazaryan, qui dirige un café, les affectionne de plus en plus :

"Ils sont si gentils... Je me réveille le matin et je leur dis "bonjour bonjour"... "comment allez-vous ?" Je leur propose s'ils veulent du thé ou du café. Ils disent "non non, merci". Je me demande s'ils ont peur de nous parler..."

2 000 soldats russes sont attendus pour maintenir la paix dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu négocié par Moscou. Ils ont commencé à mettre en place des postes d'observation le long de la route M12 qui passe par le col de Lachin et mène au Haut-Karabakh, territoire amputé par les derniers combats.

La plupart des habitants de la ville de Lachin n'ont plus ni d'électricité ni d'eau courante, mais la ville sera l'étape obligée de ce cordon ombilical entre l'Arménie et le Haut-Karabakh.

Araksia Makinyan. habitante de Lachin, veut rester :

"Nous avons vu tellement de choses qu'il est impossible de ne pas avoir peur. **Mais à cause de ma patrie, à cause des tombes que j'honore ici... à cause du toit au-dessus de ma tête. Je veux vraiment rester."**

Araksia vit ici depuis 20 ans. Quand la guerre a éclaté, elle n'est pas partie.

Elle a plutôt décidé d'ouvrir sa porte aux soldats arméniens, qui viennent souvent prendre un café ou faire une sieste, et qui ne voulaient pas être filmés. Elle va maintenant les voir partir et a du mal à prévoir ce qui va se passer ensuite ;

"Je ne sais pas, mon enfant. Je ne peux pas répondre..."

Mais qu'est-ce que cela vous fait ?

"Je veux rester ici jusqu'aux derniers jours de ma vie parce que je suis à un âge où je peux avoir une crise cardiaque à tout moment. Peu importe que ce soit bien ou mal, c'est mon coin de pays..."

Ce "coin du monde" d'Araksia est une terre que d'autres revendiquent également comme la leur.

Pour l'instant, la paix semble être assurée par des acteurs extérieurs puissants.

Mais ce qui se passera après leur départ est une question à laquelle très peu de gens ici osent répondre.