DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La guerre du bortsch : patrimoine culturel russe ou ukrainien ?

Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
This Oct. 17, 2015 photo shows a bowl of borscht in Moscow, Russia. Trying the hearty traditional beet soup is a must for any visitor. (AP Photo/Cara Anna)
This Oct. 17, 2015 photo shows a bowl of borscht in Moscow, Russia. Trying the hearty traditional beet soup is a must for any visitor. (AP Photo/Cara Anna)   -   Tous droits réservés  Cara Anna/AP
Taille du texte Aa Aa

C'est la guerre du bortsch entre Kiev et Moscou depuis qu'un chef ukrainien tente de faire enregistrer la recette ukrainienne de la soupe à la betterave sur la liste du patrimoine immatériel mondial de l'UNESCO.

Personne se souciait de la paternité du bortsch, mais Ievguen Klopotenko en a fait une revendication culinaire nationale.

Ievgen Klopotenko, chef cuisinier ukrainien : "Si vous allez dans un restaurant ukrainien à l'étranger, vous verrez que le bortsch est traduit comme "soupe russe". C'est juste incroyable. On va faire enregistrer quelque chose de plus grand, on va enregistrer la culture ukrainienne du bortsch. Ca prendra en compte tous les aspects et la tradition ukrainienne du bortsch. C'est très riche, c'est toute une culture."

Réaction immédiate de la diplomatie russe qui rappelle que "le bortsch est un aliment national dans de nombreux pays dont (notamment) la Russie, le Belarus" ou encore "l'Ukraine".

Les Ukrainiens affirment de leur côté que la première mention du bortsch date du récit d'un voyageur à Kiev au milieu du XVIe siècle.

Si le chou et la betterave sont la base du bortsch, la sagesse populaire assure qu'il en existe aujourd'hui autant de recettes que de familles entre Kaliningrad et Vladivostok.