DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

​Retour sur les plus beaux moments de l'intemporelle Bohème de Puccini à Zurich

euronews_icons_loading
euronews
euronews
Par Katharina Rabillon
Taille du texte Aa Aa

De l'émotion à l'état pur. Giacomo Puccini excellait dans l'art de composer des mélodies sublimes et inoubliables comme celles de son intemporelle "Bohème". Musica revient sur les plus belles scènes d'une répétition générale filmée ce printemps à l'Opéra de Zürich avec Juan Diego Flórez et Ruzan Mantashyan dans les rôles du poète passionné Rodolfo et de la couturière Mimi.

Le ténor star péruvien nous offre pour l'occasion, une fascinante prise de rôle sous les traits de Rodolfo et une nouvelle mise en lumière de son air emblématique "Che gelida manina".

"__C'est un moment de douceur," fait remarquer Juan Diego Flórez, "il ne faut pas oublier que tout est sombre, c'est l'obscurité et donc il touche la main de Mimi..." Puis il entonne cet air.Ruzan Mantashyan renchérit : "C'est une déclaration d'amour à la vie."

"Puccini nous touche en plein cœur"

Dès sa première en 1896, "La Bohème" avec ses airs inoubliables a envoûté le public. Les deux chanteurs nous confient admirer eux aussi la force émotionnelle de cet opéra : "Je crois qu'on pleure tous quand on voit "La Bohème" parce que cette histoire est universelle, les personnages nous parlent à tous," indique le ténor avant d'ajouter : "Je pleure que je sois dans le public ou sur scène."

euronews
Juan Diego Flórez en interview pour Musica, mars 2020euronews

Soprano arménienne, Ruzan Mantashyan nous donne son sentiment : "Pour moi, Puccini a cette faculté incroyable de nous toucher directement en plein cœur," indique-t-elle.

Au centre du récit, Mimi et Rodolfo tombent désespérément amoureux. Mais la maladie de la couturière aboutira à une fin tragique.

Les caractéristiques de la composition de Puccini accentuent l'intensité du drame. "Grâce à son orchestration, tout prend une autre dimension, cela nous donne des frissons," estime Juan Diego Flórez. "Je crois d'ailleurs que la musique d'Hollywood est inspirée de Puccini : quand le cinéma est apparu, tout le monde a imité ce genre de musique parce qu'elle nous transporte véritablement," souligne-t-il.

euronews
Ruzan Mantashyan en interview pour Musica, mars 2020euronews

"Cette musique ressemble tellement à celle d'un film"

"La dernière scène est si émouvante," estime Juan Diego Flórez, "parce que l'intégralité de cette musique évoque le passé : ce sens de la nostalgie nous touche. Et encore une fois, cette musique ressemble tellement à celle d'un film," dit-il.

"Mimi sait qu'elle est en train de mourir et elle l'accepte," explique Ruzan Mantashyan. "C'est quelque chose qu'elle m'a appris, à savoir qu'il faut vivre le moment présent avec ce que vous avez à disposition," fait-elle remarquer.

"Vous pouvez rester prostré, pleurer et être malheureux ou alors, vous pouvez aller de l'avant et vivre votre vie en faisant de votre mieux," insiste-t-elle.

Journaliste • Katharina Rabillon