EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Accord post-Brexit : une dernière prolongation commence pour les négociateurs

Accord post-Brexit : une dernière prolongation commence pour les négociateurs
Tous droits réservés Aaron Chown/AP
Tous droits réservés Aaron Chown/AP
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les négociations sur un accord post-Brexit avec le Royaume-Uni vont se poursuivre. L'annonce a été faite dimanche après un coup de fil entre Boris Johnson et Ursula Von Der Leyen.

PUBLICITÉ

Les négociations sur un accord post-Brexit avec le Royaume-Uni vont se poursuivre. L'annonce a été faite ce dimanche après un coup de fil entre Boris Johnson et Ursula Von Der Leyen.

Ursula von Der Leyen, présidente de la Commission : "Malgré l'épuisement de près d'un an de négociations et malgré le fait que les délais ont été maintes fois dépassés, nous pensons tous les deux (Boris et moi) qu'il est responsable à ce stade de jouer une dernière prolongation. Nous avons donc mandaté nos négociateurs pour continuer à travailler et voir quel type d'accord peut être trouvé même à ce stade tardif. Les négociations se poursuivent ici à Bruxelles".

Boris Johnson lors d'une courte interview a donné son point de vue. Si la pression d'un échec des négociations est maintenant à son comble, le Premier ministre britannique n'a pas changé son discours d'un iota :"Nous allons continuer d'essayer et nous allons essayer de tout notre coeur. Nous serons aussi créatifs que possible. Vous savez que nous restons disposés à parler, nous continuerons de le faire, mais en attendant préparons-nous à l'option de l'OMC, c'est ce que ce que j'ai dit au cabinet".

L'"option OMC", c'est à dire un No Deal et une future relation Londres-Bruxelles soumises aux règles normales de l'OMC, avec droits de douanes, contrôles des marchandises, etc.. Un scénario que personne à la Commission européenne ne veut voir se réaliser. C'est donc parti pour une nouvelle semaine de bras de fer à Bruxelles.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Kaja Kallas démisionne en vue de devenir cheffe de la diplomatie européenne

"L'Europe doit entretenir une certaine forme de relation avec la Russie" selon János Bóka