Atteint par le Covid-19, le président algérien va poursuivre sa convalescence

Abelmadjid Tebboune, le président algérien, le 13 décembre 2020
Abelmadjid Tebboune, le président algérien, le 13 décembre 2020 Tous droits réservés AFP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Abdelmadjid Tebboune est apparu à la télévision publique dimanche après deux mois d'absence. Contaminé au Covid-19 à la mi-octobre, il s'était confiné en Algérie, avant d'être soigné dans un hôpital Allemand.

PUBLICITÉ

C'est le visage amaigri, et la mine visiblement fatiguée, que le président algérien Abelmadjid Tebboune a pris la parole ce dimanche à la télévision algérienne. Une intervention télévisée censée mettre un terme aux rumeurs en cours sur son état de santé.

Après avoir contracté le Covid-19, le président algérien de 75 ans n'était plus apparu en public depuis le 15 octobre dernier lors d'une rencontre avec le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. La dégradation rapide de son état de santé avait alors nécessité une hospitalisation en Allemagne, hospitalisation qui dure donc depuis deux mois.

Dans son allocution Abelmadjid Tebboune n'a pas annoncé son retour au pays à proprement parler. Il s'est dit en convalescence "encore une, deux ou trois semaines pour que je reprenne mes forces physiques", a-t-il déclaré.

Le chef de l'Etat a également prononcé un "discours au peuple" au lendemain du premier anniversaire de sa victoire électorale.

Malédiction des présidents algériens ? Son prédécesseur Abdelaziz Bouteflika, victime d'un AVC avait dû quitter l'Algérie durant de longs mois tout en restant au pouvoir. À l’approche de l'élection présidentielle de 2019, le régime avait alors imaginé maintenir la candidature du président sortant, même très affaibli, ce qui avait provoqué une levée de bouclier sans précédent dans le pays. Malgré la répression, les manifestants du "Hirak" avaient obtenu le retrait de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika qui avait fini par quitter la présidence.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président algérien transféré en Allemagne pour des "examens médicaux"

Le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a prêté serment

Les Algériens manifestent contre l'élection de Abdelmadjid Tebboune