EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Classer Tchernobyl au patrimoine mondial de l'humanité, et pourquoi pas ?

La centrale de Tchernobyl, décembre 2020
La centrale de Tchernobyl, décembre 2020 Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Maxime Biosse Duplan
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Trente-cinq ans après la plus grande catastrophe nucléaire de l'histoire, les autorités ukrainiennes ont demandé le classement du site à l'agence culturelle de l'ONU.

PUBLICITÉ

Trente-cinq ans après la plus grande catastrophe nucléaire de l'histoire, les autorités ukrainiennes ont demandé le classement du site à l'agence culturelle de l'ONU.

Beaucoup d'Ukrianiens considèrent en effet qu'il faut conserver et perpétuer l'histoire de ce site et de tout ce qui fait sa renommée.

Maksym est guide dans la zone d'exclusion : "Tchernobyl est déjà une attraction mondialement connue. Les touristes viennent en Ukraine pour Tchernobyl. Mais malheureusement, ce lieu n'a pas de staut officiel. C'est pourquoi si le site est classé, ce sera tout bénéfice".

La centrale nucléaire, la ville fantôme de Pripyat, son parc d'attractions abandonné : tous ces lieux contnuent de fasciner... alors pas question pour le gouvernement de les abandonner.

Oleksandr Tkachenko, ministre ukrainien de la Culture : "Les touristes continuent d'affluer mais tout ce qui se trouve là-bas est en train de tomber en ruines. Et nous pensons qu'un tel patrimoine, qu'un tel héritage n'appartient pas seulement aux Ukrainiens, mais à toute l'humanité".

La série télé "Tchernobyl" a relancé l'intérêt pour le site et l'année dernière 100 000 visiteurs étrangers s'y sont rendus.

La décision de l'UNesco pourrait ne pas être rendue avant 2023.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

A Tchernobyl, un nouveau site de stockage du combustible nucléaire usé

Des bombardements russes sur Kryvyi Rih mercredi font au moins 8 morts

Encore une nuit sous les bombes en Ukraine, la capitale frappée