DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les élus européens centrés sur le Bélarus et le combat de l'opposition pour la démocratie

euronews_icons_loading
Les élus européens centrés sur le Bélarus et le combat de l'opposition pour la démocratie
Tous droits réservés  Francisco Seco/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le parlement européen refuse de détourner le regard du Bélarus et des attaques perpétrées contre la démocratie par son président Alexander Loukachenko. A quelques heures de la remise du prix Sakharov des droits de l'Homme à l'opposition bélarusse, les élus européens ont reçu l'une des femmes qui incarne cette opposition, Veronika Tsepkalo.

Dans l'enceinte du parlement à Bruxelles, David McAllister est revenu sur la décision prise le 22 octobre dernier :

"En vous décernant le prix Sakharov 2020 pour la liberté de pensée, le Parlement européen honore la détermination, le courage et la puissance des citoyens du Bélarus dans leur combat pour la dignité, la liberté et la démocratie".

Veronika Tsepkalo a ensuite pris la parole :

"La question la plus fréquente que l'on m'a posée pendant la campagne présidentielle, c'était pourquoi vous êtes vous engagée, pourquoi faire ça alors que vous savez que vous allez perdre dans tous les cas ? Loukachenko falsifie les élections depuis 26 ans et cette année, il s'est passé la même chose. Nous avons toutes réalisées que si nous ne faisions rien, personne ne le ferait".

En exil en Lituanie, la chef de file de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, était lundi à Berlin, pour la deuxième fois en quelques semaines, afin de demander à l'Allemagne d'accentuer la pression sur le président Alexander Loukachenko. Elle a rencontré des députés allemands et le président Frank Walter Steinmeier. Elle dénonce l'interdiction de sortie du territoire par voie terrestre, décrétée la semaine dernière par le président Loukachenko officiellement pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Une mesure de répression ou du moins un non sens pour l'opposition qui explique qu'il faudrait à ce moment là interdire les entrées sur le territoire du Bélarus.

Loukachenko lui continue d'ignorer les appels à démissionner des manifestants, de mater les rassemblements et d'emprisonner...