DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Attentat avorté du Thalys : le tireur condamné à la perpétuité

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
A member of the police forensics team takes part in an investigation next to a Thalys train on the platform at Arras train station, northern France, on Aug.22, 2015
A member of the police forensics team takes part in an investigation next to a Thalys train on the platform at Arras train station, northern France, on Aug.22, 2015   -   Tous droits réservés  Virginia Mayo/AP
Taille du texte Aa Aa

Ayoub El Khazzani, le tireur du Thalys, a été condamné à la prison à perpétuité pour l'attentat raté dans le train Amsterdam-Paris en août 2015. Le verdict a été prononcé ce jeudi soir par la cour d'assises spéciale de Paris.

Les trois autres hommes accusés d'avoir aidé le tireur, Bilal Chatra, Redouane El Amrani Ezzerrifi et Mohamed Bakkali, ont eux été condamnés à des peines allant de 7 à 27 ans de prison.

Au terme de cinq semaines d'audiences, le procès s'est achevé plus tôt dans la matinée avec les derniers mots des accusés. "Je suis désolé du fond du coeur", a dit, la voix étranglée par les sanglots, le tireur du Thalys. Il a soutenu tout au long du procès qu'il avait reçu pour seule mission de son commanditaire Abdelhamid Abaaoud, également coordinateur des attentats du 13-Novembre, de tuer les soldats américains et des membres de la Commission européenne, présents à bord du train. Il a aussi maintenu qu'il avait lui même renoncé au dernier moment, incapable de tirer sur d'autres hommes.

Pour l'accusation, seules des munitions défectueuses et l'intervention des passagers qui ont réussi à le maîtriser ont empêché El Khazzani de commettre un massacre.

Le 21 août 2015, Ayoub El-Khazzani, 25 ans à l’époque, était monté en gare de Bruxelles à bord du Thalys Amsterdam-Paris armé d’une kalachnikov, d’un pistolet et d’un cutter, et de trois cents munitions. Il avait été maîtrisé par des passagers, dont deux soldats américains en vacances et en civil, qui se sont jetés sur lui.