DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

2020 ou les "États désunis d'Amérique"

euronews_icons_loading
euronews
euronews
Taille du texte Aa Aa

Des États-Unis d'Amérique profondément divisés, c'est ce qu'a laissé apparaître au grand jour l'année 2020.

Pandémie mondiale, violences raciales et élection présidentielle ont mis à nu les fractures de l'Amérique.

La victoire de Joe Biden a donné lieu à des célébrations et à des protestations dans tout le pays. La joie et le soulagement des uns n'a eu d'égal que la déception et la colère des autres qui, à un moment, ont cru à la victoire, comme Donald Trump lui-même.

Un rapport de septembre du Pew Research Center a révélé que près de 80 % des partisans de Donald Trump et de Joe Biden ont déclaré n'avoir que peu ou pas d'amis dans l'autre camp politique...

Et la pandémie de covid-19 a été un autre facteur majeur de division cette année.

Donald Trump a maintes fois minimisé le risque, la gravité du nouveau coronavirus, contredisant souvent les autorités sanitaires ou faisant même des suggestions dangereuses :

"Je vois que le désinfectant l'assomme en une minute. Y a-t-il un moyen de faire quelque chose comme ça ? Par injection à l'intérieur ?"

Et dans un pays où la pauvreté et l’origine ethnique vont souvent de pair, les Américains les plus touchés par les conséquences de la pandémie sont les minorités les plus pauvres.

Le fossé de l'inégalité sociale est devenu un gouffre pour des dizaines de milliers d'Américains.

Comme si les violences raciales n'avaient pas déjà suffisamment divisé la population américaine...

Le meurtre de George Floyd a relancé le mouvement "Black Lives Matter" en déclenchant d'énormes vagues de protestation dans tout le pays contre le racisme et les violences policières.

Entre 15 et 26 millions d'américains ont pris part à ces manifestations, les plus importantes de l'histoire des "États désunis d'Amérique".