DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Italie : sursis pour le gouvernement de Giuseppe Conte

euronews_icons_loading
Italie : sursis pour le gouvernement de Giuseppe Conte
Tous droits réservés  Roberto Monaldo/AP
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a sauvé son gouvernement à l'issue d'un vote à l'assemblée. Ce mardi, c'est aux sénateurs de dire s'ils lui accordent toujours leur confiance.

En Italie, le gouvernement de Giuseppe Conte a obtenu ce lundi soir la confiance des députés. Ce vote avait été initié après la défection d'un des partenaires de la coalition au pouvoir.

Giuseppe Conte occupe le poste de Premier ministre depuis septembre 2019. Il s'appuie sur une alliance du Parti démocrate de centre gauche et du Mouvement 5-Étoiles.

Avant le scrutin, et pour assurer la survie de son gouvernement, Giuseppe Conte avait battu le rappel de ses troupes, invoquant les valeurs "européennes, libérales, populaires et socialistes", agitant indirectement le spectre d'une arrivée au pouvoir des souverainistes. "A tous ceux qui ont à cœur le destin de l'Italie je dis: aidez-nous!" avait-il ainsi lancé.

Et s'il a obtenu une confortable majorité à la chambre des députés (321 voix pour, 259 contre), la partie sera bien serrée ce mardi lors du vote au Sénat, où la coalition ne dispose que d'une maigre majorité.

L'hypothèse de législatives anticipées

Si ce vote lui est défavorable, il faudra soit tenter de former une nouvelle coalition, soit se résoudre à convoquer une élection législative anticipée. Ce deuxième scénario n'est pas idéal en pleine pandémie, font remarquer de nombreux experts...

Et puis, en cas de scrutin anticipé, Conte risque bien d'être balayé par l'alliance entre la droite de Silvio Berlusconi (Forza Italia) et l'extrême droite - la Ligue de Matteo Salvini et Fratelli d'Italia de Georgia Meloni - en tête dans les sondages.

Matteo Renzi et Italia Viva

A l'origine de cette énième crise politique italienne, on trouve Matteo Renzi. Lui-même ancien chef du gouvernement, il dirige un petit parti, Italia Viva, qui était jusque-là membre de la coalition au pouvoir.

Mais la semaine dernière, deux membres de ce parti ont démissionné de leurs postes de ministres, en raison d'un désaccord sur le plan de relance économique voulu par Giuseppe Conte.