DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Irak : un double attentat-suicide ensanglante Bagdad

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP et AP
euronews_icons_loading
Irak : un double attentat-suicide ensanglante Bagdad
Tous droits réservés  Hadi Mizban/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Bagdad a été frappée ce jeudi matin par un double attentat-suicide qui a fait près de trente morts.

Deux kamikazes se sont fait exploser sur un marché aux vêtements du centre de la capitale irakienne. Le dernier bilan fait état de près de trente morts. Il y a aussi des dizaines de blessés.

Selon les autorités, un premier homme a déclenché sa ceinture d'explosifs au milieu des vendeurs et des badauds de la place Tayaran. Alors qu'un attroupement se formait pour aider les victimes, un deuxième kamikaze a causé une nouvelle déflagration.

Près des lieux du drame, certains laissent éclater leur colère :

"Il n'y a aucune sécurité ici. Pas de chefs pour la police. Pas de services de renseignements", dit cet habitant de Bagdad.

"C'est du terrorisme. Ils veulent attaquer les élections. Ils veulent terroriser le centre de Bagdad", clame cet autre.

Cet attentat intervient alors que des discussions sont en cours pour l'organisation d'élections législatives anticipées. Il y a trois ans, une attaque similaire était intervenue au même endroit et alors que le pays était également en période électorale.

Pour l'heure, l'attentat n'a pas été revendiqué. Mais ce mode opératoire a déjà été utilisé par le passé par le groupe Etat islamique, qui a occupé près du tiers de l'Irak en 2014 avant que Bagdad ne déclare avoir gagné sa guerre contre les jihadistes fin 2017.

Depuis, des cellules jihadistes se terrent dans les nombreuses zones montagneuses et désertiques du pays. Jusqu'ici toutefois, l'EI n'a revendiqué que des attaques de faible envergure, menées généralement de nuit contre des positions militaires dans des zones isolées, loin des villes. Les derniers attentats ayant fait plusieurs morts à Bagdad remontent à juin 2019.